Une famille bien comme il faut

Publié le par Martine

Une-famille-bien-comme-il-faut.JPG

 

Une famille bien sous tous rapports et surtout sans vilains secrets, est-ce que cela existe vraiment ? C’est la question que nous pose Marie-Claude Gay dans ce roman paru aux éditions Jean-Claude Lattès « Une famille bien comme il faut ». Cette famille c’est celle d’Edmond et Edouard Tillet de Valleyrac, fils d’Elie, richissime propriétaire de vignoble dans la région bordelaise que la maladie condamne rapidement. Si l’aîné, Edmond, célibataire endurci et plutôt esseulé, continue à faire prospérer la culture de la vigne familiale, son cadet Edouard a pris en main l’usine de confection héritée par son épouse et mère de ses trois enfants, Alix, avec beaucoup moins de réussite professionnelle. Entre la gestion de leurs carrières respectives (Alix est également pigiste pour de grands magazines nationaux qui l’obligent à de fréquents déplacements) et de leurs vies privées, tous les trois rencontrent bien des soucis. Edmond, homosexuel, a du mal à vivre l’attirance qu’il éprouve envers Valère, ami de son neveu Eudes sans pour autant éveiller les soupçons de sa famille et de la bonne société bordelaise. Le placide Edouard, lui, est confronté à la fois aux difficultés financières de son entreprise l’obligeant à envisager des licenciements pour s’en sortir et aux infidélités de son épouse. Quant à la jeune génération, les enfants d’Alix et Edouard, ils vivent eux aussi bien des tourments liés à leur adolescence d’une part mais aussi aux conséquences de leur vie de privilégiés de la société bien pensante dans laquelle ils ont grandi. Egalement membres de cette « famille bien comme il faut », les deux belles-mères, l’une jouant dans le cadre de l’excentricité tandis que l’autre paraît beaucoup plus effacée.

Le fragile équilibre affiché par cette bonne famille va malheureusement voler en éclat le jour où Edouard va apprendre les infidélités d’Alix. Si Edouard trouve son salut dans la fuite, les autres membres de la famille, chacun avec sa personnalité, son passé et son présent, vont-ils parvenir à surmonter cette crise familiale et quel avenir va-t-il pouvoir s’offrir à eux désormais ?

Maniant avec brio et une certaine diplomatie toutes les figures de style, Marie-Claude Gay nous fait partager ici la vie ordinaire d’une famille pas si ordinaire. Bien sûr cette « famille bien comme il faut » ne l’est absolument pas. Entre les écarts de conduite des uns, les frustrations des autres et les leçons de morale de certains, on est confronté plus souvent qu’à notre tour à un monde d’hypocrisie et d’illusions perdues qui nous poussent un peu plus à chaque page à perdre les nôtres, d’illusions. Force est de constater finalement que décidément « l’argent ne fait pas le bonheur » même si en avoir aide à mieux vivre. L’équilibre et le bonheur auxquels tout être humain peut prétendre se trouvant ailleurs, là où l’auteur s’efforce de nous le faire découvrir ! Du très bon Marie-Claude Gay…

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Liliba 09/04/2012 18:29


En général, quand on dit que c'est une famille "comme il faut", c'est juste qu'ils arrivent mieux que les autres à cacher leurs secrets ou leurs turpitudes... Ce titre m'intéresse bien, je le
note !

jacqueline 04/04/2012 12:23


Encore un livre qui devrait me plaire. J'ai maintenant une bonne liste sur mon cahier. Mais aurais-je le temps de tout lire ? Je ne suis plus toute jeune. Bien amicalement, Jacqueline