Rencontre avec Christine Frasseto, auteur jeunesse

Publié le par Martine

christinefrasseto4.jpg

 

Ce n’est certes pas son bac scientifique et encore moins son année de prépa suivie d’une école de commerce qui ont conduit Christine Frasseto à devenir auteur pour la jeunesse ET céramiste « potière ». Non, ce n’est pas ce cursus scolaire.

Mais c’est quand même grâce à lui qu’elle a fait connaissance avec le théâtre amateur. « J’ai découvert que je pouvais vivre autre chose sur scène. » De par sa formation professionnelle, elle s’occupe de la gestion de compagnies avec lesquelles la dame « voyage beaucoup ». Puis… elle entre dans une société de conseils « aux ressources humaines », rencontre son mari et a sa première fille. « Pendant ma grossesse, j’ai beaucoup lu, me suis posée de nombreuses questions sur mon avenir. J’allais devenir Maman. Alors ?... »

Alors Christine entreprend une formation de scénariste « et j’ai compris la dramaturgie, ce qui fait qu’une histoire nous prend et nous entraine. J’ai étudié les grands classiques hollywoodiens. Ils avaient la même trame que les contes de fées ! Oh le choc ! » Toujours à la recherche de nouvelles lectures, celle qui a grandi au Liban et est arrivée en France en 1976 entre dans une librairie et rencontre la conteuse Brigitte Meyer. « Sous le charme de sa voix, je n’ai pas pu résister et me suis jointe aux enfants qui l’écoutaient avec des yeux remplis de gourmandise. J’ai pris l’habitude de venir l’écouter toutes les semaines jusqu’au jour où… elle n’est pas venue. Les enfants m’ont alors demandé de la remplacer mais cela ne s’improvise pas. J’ai donc appris avec Brigitte. La formation impose d’écrire également un conte. Quand j’ai lu le mien, mes amies conteuses m’ont encouragée à le publier. « Naïma, fille du désert » est paru chez Bayard en 1997. » Depuis Christine Frasseto écrit pour les enfants, les jeunes, chez Bayard, Milan, Flammarion, PlayBac… « J’écris à présent les histoires associées aux BD « Triple Galop » et j’ai rédigé « Les Sisters Mode d’emploi » pour mon nouvel éditeur Bamboo. »

Mais cela n’est pas suffisant pour la jeune femme. « J’ai pris des cours chez Marie-Pierre Bonnardel, céramiste à Saint Didier de Charpey, et à la Maison de la Céramique de Dieulefit, dans la Drôme. Depuis deux ans, date d’entrée de ma seconde fille au collège, j’ai investi dans un four et dans un tour et me suis installée comme céramiste. »

Une deuxième passion qui l’occupe pleinement mais « Tout peut encore arriver ! » sourit celle qui a encore plus d’une histoire en tête !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Binchy 17/09/2012 23:04


Une artiste ! Merci de nous la présenter Martine !


Je te souhaite une agréable semaine.


GROS BISOUS.