Nouvelles sensuelles

Publié le par Martine

Puisque le premier mardi, chez Stéphie, c'est permis et qu'avec Sophie, nous nous mettons sur notre 31, je m'en vais vous parler ce jour de ces "Nouvelles sensuelles" tantôt coquines, tantôt "hou! hou!", mais toujours empreintes d'humour et d'une finesse toute particulière et très agréable.

 

Nouvelles-sensuelles.jpg


 

Ces "Nouvelles sensuelles" parues aux éditions Balland, c'est Maurice Leblanc qui les a écrites entre la fin du 19e et le début du 20e siècle.

Avec son héros récurrent Arsène Lupin, l'auteur nous avait déjà dressé le portrait d'un grand séducteur. Mais s'il nous est arrivé de le suivre jusque dans la chambre d'une de ses nombreuses conquêtes, jamais le "gentleman cambrioleur" chanté par Jacques Dutronc n'a été surpris dans le feu de l'action!

Entre 1890 et 1920 environ, Maurice Leblanc a écrit une cinquante de textes courts, un peu provocateurs pour l'époque, à forte tendance érotique voire même plus, et publiés dans des journaux tels que "Gil Blas" ou "Le Journal".

Ce sont ces textes que les éditions Balland ont regroupé et fait paraitre dans ce recueil de "Nouvelles sensuelles".

J'ai lu ces textes par épisodes, au gré de mes humeurs du jour, toujours certaine de retrouver le plaisir de lecture découvert dès la première nouvelle "Cent sous". Outre le charme un peu désuet de cette écriture, ces histoires se laissent lire avec un sourire en coin toujours prêt à éclore.

Rien de trash dans ces textes! Au contraire! Maurice Leblanc nous les conte en nous suggérant, parfois carrément, mais toujours avec un humour salvateur qu'on sent proche, tout proche.

Tous les aspects de l'amour, de la rencontre aimable poétique ou cocasse à celle des corps plus charnelle, y sont évoqués dans un style savoureux qui se déguste et s'apprécie à volonté et avec volupté. Je me suis surprise à relire certains passages rien que pour le plaisir des mots et de leur rythme. C'est tout dire...

On est loin ici des réécritures de textes littéraires à la mode érotique comme j'ai pu en lire avec "Jane Eyrotica" ou "Le portrait de Dorian Gray". Ces "Nouvelles sensuelles" nous parlent de nos sens, dans tous les sens et gardent leur parfum d'antan comme une saveur nouvelle à déguster aujourd'hui!

 

 

mardi c'est permis


 

Pour Sophie, mon extrait page 31:

"Elles se rencontrèrent au parc Monceau. Leurs filles, des gamines de cinq à six ans, jouaient ensemble. Les mères se sourirent, puis se parlèrent.

Elles étaient jolies toutes deux, de silhouette élégante et de manières distinguées, l'une, Henriette Dufriche, blonde et grande, l'autre, Suzanne Radouin, brune et mignonne. Elles eussent pu se rencontrer plus tôt, faisant partie de la même société. Mais elles sortaient peu. Leurs maris, de riches commerçants, les aimaient assez et savaient suffisamment les distraire pour qu'elles ne regrettassent rien de la vie mondaine." (Ah! que ces subjonctifs font plaisir à lire... Extrait de la nouvelle "Deux honnêtes femmes") Enfin honnêtes... au sens propre seulement! ;)

 

mardi sur son 31

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jerome 06/08/2013 11:37


Sympa de découvrir Maurice Leblanc un brin coquin. Je connaissais pas du tout cet aspect de sa production^^ 

Martine 07/08/2013 08:44



Une belle découverte à faire! Assurément...


Merci pour votre passage et bonne journée!