Mademoiselle Clarisse

Publié le par Martine

Pendant mon absence, une nouvelle chronique est parue dans ma rubrique Lu pour vous du Dauphiné Libéré le dimanche 27 octobre.

Cette fois-ci, elle concernait "Mademoiselle Clarisse" le très beau roman de Gérard Georges paru chez Calmann-Lévy dans la collection France de toujours et d'aujourd'hui.

 

Mademoiselle Clarisse

 

Comme d'habitude, voici la chronique:

 

2013-11-05-16.14.37.jpg

 

Et comme elle a été publiée il y a déjà quelques jours, en voici le texte:

 


Avec ce nouveau roman paru dans la collection France de toujours et d’aujourd’hui des éditions Calmann-Lévy, Gérard Georges nous offre un magnifique voyage en terre auvergnate sous et après le Second Empire.

Fille de parents déjà âgés à sa naissance, Clarisse grandit dans la petite ville thermale de Royat dans le Puy de Dôme en Auvergne. Orpheline alors qu’elle n’est qu’une enfant, elle est recueillie par sa tante puis pendant quelque temps chez le maire en personne qui l’a prise en affection pour tenir compagnie à sa propre fille Irène. Mais c’est avec la vive et gentille Marie, sa camarade d’école, que Clarisse passe les plus beaux moments de sa tendre jeunesse dans les années 1860. Avec l’intrépide Marie, Clarisse découvre la vraie vie de famille et surtout rencontre le bel et malicieux Hippolyte pour qui elle se prend d’un doux sentiment. Alors que la guerre contre les Prussiens qui sonnera la fin de l’Empire Louis-Napoléonnien en 1870 s’annonce, Clarisse ne résiste pas plus longtemps à prouver son amour à Hippolyte, appelé à combattre. De cet élan passionné, Clarisse va bientôt porter les fruits. Confiante dans la promesse qu’Hippolyte lui a faite de revenir très vite de la guerre pour l’épouser, la jeune femme doit cependant déchanter et envisager d’assumer seule l’enfant à venir. Et cela d’autant plus que son bel amour, grièvement blessé dans sa chair et dans sa virilité lors des combats devant stopper l’invasion prussienne en France, ne se décide pas à rentrer au pays. Devenue donneuse d’eau pour les curistes fortunés venus suivre une cure thermale à Royat, Clarisse poursuit bon an, mal an, sa triste existence. Courtisée par les beaux messieurs curistes qui ne demandent qu’à partager leur fortune avec elle, la jolie Clarisse saura-t-elle résister ? Ou se résignera-t-elle à attendre malgré tout le retour hypothétique d’Hippolyte ?

Seul Gérard Georges le sait et s’amuse à nous laisser envisager la réponse à cette question d’importance ! Avec le talent d’écriture qu’on lui connaît bien, l’auteur nous ouvre avec ce roman une belle page d’Histoire sur les établissements thermaux qui étaient et sont encore légion en Auvergne. La vie des petites gens, habitant la ville et la campagne environnante, y est décrite avec précision, amusement et un tantinet de désuétude. On pourrait se laisser attendrir cependant par ce maudit destin qui semble s’acharner sur cette malheureuse Clarisse. Heureusement pour nous, lecteurs, il n’en est rien. Malgré la gravité du sujet, on se laisse prendre au jeu de l’amour et on se surprend à sourire bien souvent. Aujourd’hui disparue la fonction de donneuse d’eau était déjà tout un poème ! Vraiment une belle histoire que la destinée de cette « Mademoiselle Clarisse ».

 

Bonne lecture!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Binchy 16/11/2013 07:29


Si je m'écoutais.... Je passerais tout mon temps à lire !!! C'est TROP BIEN !!!

Martine 16/11/2013 19:35



Oui! Moi aussi! c'est très dur parfois de s'arrêter parce que ... le devoir m'appelle!!!!


Mais bon... c'est comme ça



Binchy 16/11/2013 07:28


J'imagine !!! MERCI encore pour ce conseil de lecture.


Très bon week-end Martine.


GROS BISOUS.


Bernadette.

Martine 16/11/2013 19:34



Merci Bernadette! Très bon dimanche à toi aussi! Gros bisous



Binchy 05/11/2013 22:03


Qu'il doit être bien ce roman ! Je le lirai !


J'aime beaucoup les ouvrages de cet auteur que j'ai rencontré à ARSAC EN VELAY au Salon du Livre de mars 2013.


Très bon retour Martine et à très vite.


GROS BISOUS.


Bernadette.

Martine 07/11/2013 08:04



Il n'est pas seulement bien, Bernadette! Il est excellent!


Gros bisous et bonne journée!