Ma grand-mère cannibale

Publié le par Martine

ma-grand-mere-cannibale.JPG

 

A travers ce texte au titre volontairement provocateur, c’est un épisode tragique de l’histoire des Etats-Unis que nous livre ici France Bequette pour le compte des éditions Prisma.

En effet en cette année 1846, des milliers de migrants américains se retrouvent en plein cœur de la ruée vers l’Ouest. Comme de nombreuses autres familles, Franklin et Elizabeth Graves ainsi que leurs neuf enfants ont pris la route de la Californie, pour cette fameuse Terre Promise. Malgré eux, ces gens ordinaires vont devenir les héros d'une histoire extraordinaire, aujourd'hui enseignée dans les écoles américaines « le Donner Party » du nom du convoi qu'ils ont rejoint. Au côté des autres migrants, la famille Graves va vivre une aventure bouleversante et tragique. Partie trop tard d'Illinois, prise au piège d'un raccourci différent de l'itinéraire connu, confrontée au froid et à la faim dans la Sierra Nevada enneigée, cette famille va vivre l'expérience la plus abominable qui soit pour un être humain. Transgresser le plus inviolable des tabous, voilà ce à quoi vont devoir se résoudre les membres de cette famille désespérée. Et cela-même le jour de Noël. Alors que souffle un blizzard des plus terribles, le père, Franklin Graves, appelle ses filles et leur demande l'impensable : « le manger » afin que celles-ci restent en vie et parviennent au bout de leur route. « Mangez-moi... » des mots qui vont les hanter à jamais et dont la petite-fille de l’une d’elles nous transmet la mémoire avec une fidélité redoutable.

Au fil des quelques deux cents pages de ce témoignage, France Bequette nous offre un récit haletant où se mêlent à volonté les épopées pittoresques de cette « Ruée vers l’or » et les évènements tragiques qui l’ont jalonnée. Au côté de la famille Graves, le lecteur revit cette traversée avec tous les risques et péripéties bonnes et moins bonnes qu’elle a contenues : des aventures incroyables au détour de chaque chemin, la perception de ces paysages grandioses, la rencontre de personnages hauts en couleurs et aux caractères bien trempés qui se laissent parfois emporter par leurs émotions au moment où ils s’y attendent le moins, des émotions et des passions que nous partageons de tout cœur avec eux et qui nous horrifient spécialement pour cette petite troupe du Donner Party. Ces destins hors du commun et cette histoire incroyable de cannibalisme (comment l’appeler autrement ?) nous font froid dans le dos et malgré cela on se surprend quand même à rêver à ces grands espaces, à cette vie meilleure que l’auteur nous laisse entrevoir avec un superbe réalisme. Où tout l’art de la littérature se révèle…

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jacqueline 16/04/2012 10:11


Voilà qui va nous rappeler des souvenirs d'enfance. Le far west, etc. Merci, Jacqueline