Les neiges de Toula

Publié le par Martine

les-neiges-de-Toula-copie-1.jpg

 

En plein cœur de cet été 2012, c’est dans Les Neiges de Toula à la rencontre de Serguei Borodine en Russie tsariste qu’a choisi de nous inviter Jean-Baptiste Bester pour le compte des éditions Calmann-Lévy.

L’introduction est aisée certes, et encore plus lorsqu’on apprend que l’auteur de cette épopée a lui aussi des origines russes et en particulier aristocratiques.

Bien sûr les trajectoires de Serguei et de Jean-Baptiste sont loin l’une de l’autre. Serguei vit sous le règne du tsar Alexandre II dans les années 1860 tandis que son auteur suit sa route en France entre terres dauphinoise et parisienne.

Pour Serguei, tout commence lorsqu’il tombe sous le charme de la jolie Tatiana. Mais celle-ci ne fait pas partie de la noblesse dominante et, pour ne pas perdre son amour tout neuf, le jeune homme se voit obligé d’abandonner le domaine familial et son statut d’héritier de l’armurerie paternelle pour fuir à Saint-Pétersbourg. Là il s’engage dans l’armée mais pas pour longtemps hélas ! Contraint de fuir à nouveau pour avoir provoqué son congénère et prince Mirnov en duel, il se fait enrôler dans les services secrets du tsar et doit infiltrer un dangereux groupe de terroristes. Tout se complique encore pour le vaillant Serguei lorsque son infiltration le met en contact avec la belle Olga Dementieva, redoutable terroriste révolutionnaire qui ne recule devant absolument rien. Tous les ingrédients se trouvent alors ici réunis pour permettre à Jean-Baptiste Bester de nous offrir un roman au souffle épique et héroïque de belle qualité littéraire et nous faire vivre une destinée hors du commun.

Jouant sur tous les fronts du récit, oscillant entre les souvenirs évoqués par un Serguei âgé faisant le point sur les évènements successifs qui ont jalonné sa vie, l’humour salvateur venant soudain alléger une situation trop grave voire dramatique, alternant les rythmes tantôt romancés, tantôt d’un réalisme effrayant, l’auteur nous livre ici un roman couvrant les années qui ont précédé la grande révolution russe de 1917. S’appuyant sur de solides recherches documentaires, ne faisant aucun cadeau sur les réalités d’un empire au plus fort de sa supériorité et qui s’obstine à ne pas voir la misère devant sa porte, ne nous faisant grâce d’aucune cruauté générée pour « la cause » révolutionnaire, Jean-Baptiste Bester se fait aussi un malin plaisir à nous mettre en présence de personnages hors du commun, dotés de caractères bien trempés, et qui évoluent dans des paysages qui n’ont de paradisiaques que leurs descriptions. Une grande et belle saga à dévorer très vite. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Binchy 09/08/2012 16:00


Merci encore pour ce conseil de lecture Martine.


GROS GROS BISOUS.

suzanne-cecile 09/08/2012 10:12


Bonjour Martine, merci pour votre dernière visite, cela me fait très plaisir, même s'il n'y paraît pas, finalement, les auteurs sont plutôt isolés dans leur bulle en dehors des salons du
livre. - et je n'en fais pas tant que ça.


Merci pour le partage de lectures. Bonne fin de semaine, à bientôt. S.C