Comment ça va?

Publié le par Martine

Pour moi, un livre c'est avant tout une rencontre.

Une rencontre physique avec le livre "objet" d'abord. Par sa physionomie, ses couleurs, son poids, son odeur...

Puis une rencontre intellectuelle et sensible par l'histoire qu'il nous raconte.

Et parfois c'est même une rencontre "pour de vrai" avec son auteur, celui qui a su me toucher, m'émouvoir, m'intriguer, me charmer, m'alerter, me faire rire ou pleurer par le simple pouvoir et la force de ses mots.

Ces rencontres-là, qu'elles aient lieu sur un salon ou en interview (et j'apprécie d'autant plus mon activité de blogueuse chroniqueuse pour ça), sont de vrais moments de bonheur, d'échanges, des petites pépites à conserver bien précieusement.

Avec le livre dont je souhaite vous entretenir ce matin, la rencontre a bel et bien eu lieu et se prolonge de manière assez inattendue, comme en résonnance avec ce que je viens d'écrire à l'instant.

J'ai eu l'occasion en effet de lire une nouvelle en lice pour le concours d'écriture Aufeminin.com et elle m'a bouleversée. Peut-être parce que je lisais à ce moment-là le sublime "Kinderzimmer" de Valentine Goby et que j'y ai trouvé un écho assourdissant?

Je ne sais pas trop. Mais cette nouvelle m'a terriblement émue. J'ai donc pianoté le nom de son auteur sur Google et comme elle, c'est une femme : Elodie Torrente, était sur Facebook, je l'ai contactée pour lui faire part de mon émotion et la remercier pour ce texte tellement fort. La conversation qui s'en est suivie a été des plus agréable et j'ai ainsi appris qu'Elodie Torrente avait déjà publié un recueil "Comment ça va? Des nouvelles de nous..." il y a cinq ans. Je lui en ai commandé un exemplaire, reçu la semaine dernière et que je lis ces jours-ci par petites doses pour en apprécier chaque phrase, chaque texte en toute quiétude.

 

2013-07-23-11.14.57.jpg


 

Comme nous sommes mardi, et pour vous faire apprécier aussi son écriture, je vous en livre un extrait page 31, fidèle au rendez-vous de Sophie.

 

"Il est 10h30. Dans une petite usine de carton, Mathilde, responsable de la chaîne 28, apprend qu'un des ouvriers, travaillant sous ses ordres depuis quelques mois, a été retrouvé mort, au petit matin, dans une rue parisienne. "Tu te rends compte, lui dit-on, il travaillait ici et dormait dehors, sous des cartons!"

Et Mathilde, furieuse, de répondre : "Oui, je me rends surtout compte que tout ça va nous faire une très mauvaise publicité!"

 

Je ne dirai rien de plus...

 

mardi sur son 31

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

florence 23/07/2013 17:07


Je voulais dire "d'ailleurs" contre les livres numériques ! Tu m'as donné aussi envie de lire "Kinderzimmer".

Martine 24/07/2013 10:14



Tant mieux! Ce livre est un pur joyaux!



florence 23/07/2013 17:06


Quelle belle définition du livre ! Je suis tout à fait d'accord avec toi et ressents d'ailleurs les mêmes choses avec un livre. (je suis d'accord contre les livres numériques !) Je vais
découvrir un peu plus ton blog que je ne connais pas. Mais je vois que tes lectures pourraient être les miennes.

Martine 24/07/2013 10:13



Merci encore, Florence. Un livre, ça se partage aussi de bien des façons!


Belle journée et belles lectures! :)



Pahi 23/07/2013 13:39


Coucou Martine,


Oui, oui, je suis bien vivante encore  lol  La fatigue me ralentit... tu as dû t'en rendre compte ;-) 


Ce billet me touche profondément ; même si je n'écris que très peu de commentaires actuellement, je note tout de même les titres des livres dont tu nous parles.


Actuellement, je lis "Freedom" que tu nous avais également conseillé, et je ne le regrette pas. Pourtant le vocabulaire et le style utilisé par moments m'aurait rebuté il n'y a pas si longtemps ;
grâce à toi, j'ai appris à passer au-delà d'une impression d'emblée négative et d'y voir d'un peu plus près, et je ne le regrette vraiment pas. Un grand merci à toi, chère Martine.


L'extrait de la page 31 de ce jour est criant d'injustice, de réalité, ces deux mots se heurtant d'ailleurs frontalement.


Gros bisous, Martine, bon repos et belles promenades intellectuelles parmi tes livres ;-)

Martine 24/07/2013 10:12



Tu m'en vois ravie, ma chère Denise!


C'est aussi le but de ce blog: le partage!


Je te souhaite une belle journée et un bel été, bien reposant!


Gros bisous