Ce lien qui ne meurt jamais

Publié le par Martine

Vendredi soir, j'ai eu le privilège de rencontrer Lytta Basset auteur de "Ce lien qui ne meurt jamais" paru dans le département Spiritualité des éditions Albin Michel.
Lytta Basset était invitée par l'association Jonathan Pierres Vivantes Drôme Ardèche qui a pour vocation d'accueillir des personnes en souffrance après le décès d'un enfant. Elle venait animer une conférence débat titrée justement "la perte d'un enfant."
Lorsque j'ai su que, dans le cadre de mon activité professionnelle, j'allais rencontrer cette femme, professeur de théologie protestante en Suisse qui a, elle ausi perdu un fils, je me suis de suite mise en quête de ce livre, n'imaginant pas une seconde me présenter à elle sans connaître son propos.
"L'association Jonathan Pierres Vivantes accueille tout le monde, a présenté sa Secrétaire générale. Croyants, ou pas. Notre objectif est de s'ouvrir à tous les parents qui vivent ce deuil insoutenable, que le plus grand nombre de parents se reconnaissent, qu'ils puissent venir frapper à la porte et partager. Quand on perd un enfant, on a besoin de comprendre, de vérifier que d'autres vivent la même douleur."
"Paru en 2007, 40 000 exemplaires de ce livre témoignage ont déjà été vendus, a déclaré Lytta Basset. J'ai longtemps douté avant de l'écrire. J'avais peur de trop m'exposer. C'est pour cette raison que je raconte à la troisième personne du singulier "elle" et témoigne en revenant au "je".
Ce livre concerne toutes les couches de la population. Son récit dépasse largement le sens de la spiritualité tel qu'on le conçoit habituellement. Sa dimension spirituelle rejoint les grandes questions existentielles. Qui sommes-nous? Que faisons-nous? Où allons-nous?
De plus en plus de personnes se les posent et, fait à relever, elles se les posent de plus en plus jeunes. Certes ce sont ces circonstances difficiles qui font qu'on se pose ces questions mais n'est-ce pas une bonne chose qu'on se les pose au moins une fois dans sa vie?" interroge Lytta Basset.
Dans "Ce lien qui ne meurt jamais", l'auteur aborde la perte d'un enfant, le travail de deuil et toute la reconstruction qui l'accompagne avec authenticité, dans un témoignage honnête qui dit tout "ce qu'on comprend et ce qu'on a du mal à comprendre. L'authenticité appelle l'authenticité, a-t-elle encore confié. Ce livre est là pour aider les parents qui souffrent."
Loin d'avoir une écriture thérapeutique, ce récit témoigne. C'est toute sa force et sa qualité première.

Pour celles et ceux qui voudraient en savoir plus:
Association départementale Jonathan Pierres Vivantes Drôme Ardèche
Maison des Services Publics
1 avenue Saint Martin
bureau 407
26200 Montélimar
associationjpv26-07@laposte.net
ou
Association nationale
61 rue de la Verrerie
75001 Paris
Site Internet: http://www.anjpv.asso.fr


Commenter cet article

biba24 05/04/2009 11:13

sujet toujours douloureux, j'ai en mémoire un livre que j'ai lu il y a quelques temps déjà de Laure Adler "A ce soir"... on n'en sort pas indemne... biz

Marie-Hélène à Madrid 29/03/2009 08:42

je te lis même si je ne laisse pas de commentaires. Mais là ... J'ai voulu tout lire car je voulais savoir quel est ce lien ... Terribles histoires car je pense que l'on ne doit pas trop bien s'enr emettre de tout ça.Bizzzzzzzzzzz

Vanes135 28/03/2009 23:51

il a l'air bien, je note dans ma liste de livresbonne nuit Martine

didime 28/03/2009 19:42

hummm ! il y a un endroit qui sent le nougat...et oui la gourmande passe aussi à la lecture...bizzz