Senza fermate intermedie

Publié le par Martine

Senza fermate intermedie

Lorsque j'ai vu la couverture de ce recueil collectif à la librairie Il Banco, à Turin, j'ai aussitôt craqué face à ce bonhomme en tacot sur fond jaune et en découvrant les auteurs qui nous invitent à "voyager en jaune", Viaggiare in giallo (le jaune en Italie correspondant à notre "noir" français) dans cette collection (dont je commence à posséder un certain nombre de titres) publiée chez l'excellente maison sicilienne Sellerio Palermo Editore.

Ce recueil, j'ai commencé à le lire hier en fin d'après-midi avec d'autant plus de plaisir que la première nouvelle est signée Antonio Manzini "Senza fermate intermedie" (Sans arrêt intermédiaire) et qu'elle m'a permis de passer la soirée avec mon cher vice-questeur Rocco Schiavone, dont je viens d'acheter et recevoir ce vendredi la dernière enquête sortie en Italie jeudi 31 août "Pulvis et Umbra", publiée également chez Sellerio. De belles heures de lecture à passer avec Rocco encore!

Dans cette nouvelle donc, le vice-questeur Schiavone est invité par son supérieur hiérarchique à assister à la cérémonie annuelle de mises à l'honneur et autres remerciements adressés aux policiers et enquêteurs méritants de la questure d'Aosta. Tout ce qui ennuie mortellement Rocco et le fait fuir le plus loin possible. D'ailleurs c'est ce qu'il fait cette fois encore en prétextant une assemblée générale des copropriétaires pour son appartement à Rome à laquelle, assure-t-il, il ne peut se soustraire. Et le voici donc parti en train, sur un trajet ayant deux arrêts à Turin et Milan et direct ensuite jusqu'à Rome. 

Tout se passe bien, ou à peu près, pour Schiavone qui ne peut s'empêcher de trouver mille et un défauts à ses congénères qu'ils soient simples passagers, comme lui, ou employés par la compagnie de chemins de fer italiens. En quête d'un café, ou de ce qui pourrait y ressembler le plus, Rocco se dirige vers la voiture bar lorsqu'un cri de femme criant au voleur et appelant à l'aide le stoppe net dans son avancée. Ayant rejoint la malheureuse, il ne peut alors que constater le décès par arrêt cardiaque de cette dame âgée et recueillir les explications brouillées de son fils, effondré. Dès lors le temps est compté pour Schiavone qui doit trouver impérativement l'auteur du vol ayant entraîné la mort de la vieille dame avant que le train n'entre en gare, Stazione termini. Par chance il peut compter sur l'aide inopinée du médecin légiste, Alberto Fumagalli, ayant également fui la cérémonie d'Aoste pour presque les mêmes raisons que Rocco et voyageant par hasard dans le même train que lui. Et Schiavone peut également agir avec l'appui du contrôleur qui souhaite plus que tout que cette affaire soit résolue au plus vite et dans la plus grande discrétion.

C'est vraiment un grand plaisir à chaque fois, pour moi, de retrouver ce vice-questeur au caractère bien trempé, assez ombrageux, bougon, grognon et portant en son coeur un poids bien lourd à supporter, la culpabilité n'ayant pas fini de le ronger. Mais Rocco possède aussi cette qualité d'être attentif aux autres, de détester l'injustice et cette nécessité, quasiment impérieuse, à ne laisser aucune porte de sortie à quiconque commet un forfait et encore plus quand il y a mort d'homme. Ce qui le rend sincèrement humain et nous le rend si attachant.

Cette fois encore l'auteur Antonio Manzini a fait fort en s'employant à respecter la règle des unités : de lieu, d'espace et de temps. Un exercice assez difficile qu'il relève brillamment. Trois heures entre Milan et Rome, un espace assez confiné et restreint et surtout unique. Impossible en effet d'arrêter le train. Pour ne pas effrayer et alerter les passagers en premier lieu et ne pas donner la possibilité au coupable, se trouvant forcément dans le train, de s'échapper.

Je continuerai la lecture de ce recueil à mon rythme et vous parlerai des autres nouvelles tour à tour. Je compte cette lecture pour le challenge Thrillers et polars de Sharon et bien sûr pour Il Viaggio! 

Senza fermate intermedie
Senza fermate intermedie

Commenter cet article

Manika 03/09/2017 15:12

j'ai cru que la nouvelle lundi arrivait en avance !! bon dimanche

Martine 04/09/2017 15:39

Mais non! Mais non! ;-)

Sharon 03/09/2017 12:14

Un auteur que j'aime beaucoup !

Sharon 03/09/2017 21:14

Non, je ne l'ai pas vue. Il faut dire que je regarde vraiment très peu tout ce qui est série télé. Là, je recommande seulement à aller au cinéma, après un an sans film !

Martine 03/09/2017 12:17

Et moi donc! ;-)
As-tu vu la série TV avec Marco Giallini?
http://www.raiplay.it/programmi/roccoschiavone/