Le Che s'est suicidé

Publié le par Martine

Le Che s'est suicidé

C'est le début de l'été et le commissaire Kostas Charitos trouve le temps bien bien long. Il faut dire que depuis qu'il a frôlé la mort, sa femme Adriani est aux petits soins pour lui, le surveillant de près, s'attachant à lui éviter tout effort et lui ayant programmé un régime des plus strict et une hygiène de vie draconienne. C'est bien simple. Il n'en peut plus. Il étouffe. Et ce n'est pas la perspective des deux longs mois d'arrêt de travail qui s'annoncent encore devant lui qui va lui remonter le moral. Bien au contraire! 

Alors quand, devant ses yeux et à la face de toute la population grecque, un célèbre homme d'affaires, Phavieros, se suicide en direct au cours d'une émission télévisée, son attention ne peut qu'être sollicitée. Et encore plus quand Guikas, son supérieur, lui demande d'enquêter en toute discrétion et officieusement sur les raisons qui ont pu conduire cet homme à une telle extrémité tout en lui faisant comprendre, à demi-mots, qu'il a tout intérêt à accepter cette proposition car celui qui le remplace momentanément se voit bien rester dans la place, définitivement. Ce qui déplaît fortement à Charitos, et à Guikas, dans la mesure où ce commissaire Yanoutsos se révèle être un incompétent notoire! 

Guikas ayant mis à sa disposition sa fidèle secrétaire, Koula, Charitos se rend donc dans les bureaux de Phavieros et commence, mine de rien, à se renseigner sur l'état et la situation financière des entreprises de l'homme d'affaires et son état d'esprit les jours précédents son suicide. Et cela, avec la bénédiction de son futur gendre, médecin cardiologue, Phanis, et de sa fille étudiante, Karerina, mais au grand dam d'Adriani qui doit renoncer, de mauvais gré, à l'emprise qu'elle avait instaurée sur son mari commissaire.

Très vite, cette enquête officieuse prend des allures de grosse toile d'araignée quand la biographie de Phavieros parait à peine dix jours après sa mort et davantage encore quand un célèbre politicien se suicide lui aussi en direct à la télévision, suicide suivi de suite par la publication de sa biographie. Alors quand le commissaire reçoit celle d'un journaliste très connu lui aussi, au moment-même où il se suicide en présence de toutes ses nombreuses relations lors de la grande soirée qu'il organise annuellement, le doute n'est plus permis, renforcé par le lien entre les trois suicidés, que découvre alors Charitos, le ramenant des années en arrière lors de la résistance installée sous la dictature. Le temps est désormais compté pour Charitos s'il veut éviter un nouveau suicide et, surtout, s'il veut pouvoir récupérer officiellement son poste de commissaire!

Comme à chaque fois avec les enquêtes du commissaire Charitos, signées Petros Markaris pour les éditions Seuil Policier et reprises chez Points en version poche, je me suis laissée prendre en douceur par cette histoire passionnante et portée par un suspense grandissant au fur et à mesure des découvertes du commissaire. A l'ennui, quasi mortel, des premières pages succède très vite un rythme très soutenu nous conduisant de surprise en surprise avec des pauses bienvenues lorsque Phanis et Katerina organisent la première rencontre officielle entre leurs parents respectifs ou quand l'épouse du commissaire lui manifeste sa désapprobation de manière plus ou moins sournoise ou catégorique. 

J'ai aimé aussi dans ce récit l'atmosphère et le climat liés à Athènes, le mode de vie des Grecs, leurs habitudes, leurs coutumes, leur respect des traditions, ce qui se fait (ou pas), ce qui est toléré (ou pas)... Bref, encore une fois, j'ai aimé partager la vie du commissaire Charitos au cours de cette enquête qui nous apprend beaucoup sur la Junte, la résistance, comment elle s'est organisée et les directions qu'ont prises ensuite les opposants au régime dictatorial en accord avec leur idéologie d'alors. Ou pas...

Cette lecture compte pour le challenge Thrillers et polars chez Sharon.

Le Che s'est suicidé

Commenter cet article

Sharon 09/08/2017 17:25

Merci pour ta participation !
C'est avec ce tome que j'ai découvert Petros Markaris, je suis depuis ses parutions grâce à la bibli de Rouen, il est très demandé !