Les Messieurs

Publié le par Martine

Les Messieurs

Ce n'est pas une bonne nouvelle que je partage en ce lundi avec vous, mais tout un recueil d'excellentes, drôles, et interrogatives nouvelles. Celui que Claire Castillon a publié aux éditions de l'Olivier en 2016 et qui vient d'être réédité en poche chez Points : "Les Messieurs".

Ces Messieurs s'appellent Guy, Toussaint, Edmond, Constantin... et ont tous en commun d'être déjà d'un certain âge, voire pour quelques-uns d'un âge certain, et d'avoir une relation, amoureuse dirons-nous, avec une femme bien plus jeune qu'eux. Une femme qui pourrait être leur petite-fille, et même, parfois, davantage encore.

La subtilité de ces nouvelles n'est pas de nous montrer ce qu'il pourrait y avoir de choquant dans ces relations en nous les présentant seulement du côté de ces hommes. Non, la subtilité de l'auteur consiste à mettre en avant des relations voulues, souhaitées, suscitées assez souvent, par ces jeunes femmes. Et vécues avec le consentement de l'un et de l'autre.

Des relations banales en somme. Mais qui restent cependant assez inhabituelles!

Dans ces nouvelles, c'est toujours la jeune femme qui parle, qui avoue son attirance physique pour les hommes âgés, qui confie ce qu'elle a fait ou dû faire pour parvenir à ses fins et mettre cet homme-là dans son lit, qui protège ou croit protéger une belle histoire, qui, aussi parfois, ne sait plus quoi faire ou inventer pour se sortir de cette histoire qu'elle a installée toute seule et rompre définitivement, de manière douce ou plus ... brutale!

Dans ces nouvelles, j'ai beaucoup apprécié les analyses de caractères, de comportements que nous offre Claire Castillon. Ces situations encore "hors-normes" (quoique plus tant que ça finalement) qu'elle évoque et qui m'ont beaucoup surprise pour certaines ou semblé assez banales pour d'autres. Des situations claires, sans équivoques, j'ai envie de dire "brutes de décoffrage" qui sonnent si juste à nos oreilles et nous font sourire, nous émoustillent aussi, nous agacent ou nous énervent.

Et puis toujours ces chutes en un mot, une phrase très courte, qui nous confrontent brutalement à une réalité définitive. Du grand art et une parfaite maîtrise du genre qui nous donnent envie de passer d'une nouvelle à l'autre sans s'arrêter. Pour le simple bonheur d'apprécier cette qualité littéraire, encore et encore...

Les Messieurs
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 05/06/2017 21:25

Tu me tentes, là...

Martine 06/06/2017 17:00

N'hésite pas :-)