La faute des autres

Publié le par Martine

La faute des autres

Charles Wohl a perdu sa mère très tôt alors qu'il n'était encore qu'un petit garçon et c'est sous le regard froid et indifférent de son père, médecin réputé à Cabourg, qu'il grandit, n'hésitant pas à braver la volonté paternelle pour devenir chirurgien. Quand la Première Guerre mondiale éclate, il est enrôlé et sa présence au plus près des soldats dans les tranchées s'avère des plus utile. C'est dans cet enfer qu'il se lie d'amitié avec Gustave, jeune homme également en désaccord avec sa propre famille. 

C'est là aussi qu'avec sa jeune épouse, Anne, il recueille deux jeunes garçons, Louis et Olivier, dont les parents viennent de succomber sous les bombardements ennemis devant leurs yeux. Se faisant la promesse d'engager une procédure d'adoption légale quand la guerre sera finie, le couple, qui en avait été privé jusque là à cause de l'infertilité d'Anne, connait dès lors les joies d'une famille unie. Tant et si bien que, lorsque la guerre cesse enfin, Anne craint fort de se voir retirer la garde des enfants pendant la procédure d'adoption, s'ils en engagent une, et, pire, que la famille des enfants, s'il leur en reste une, n'émette le souhait de les reprendre. Aussi, malgré les réticences de Charles, le couple continue de faire passer Louis et Olivier pour leurs propres enfants. Même quand la petite famille retourne à Cabourg où le père de Charles vit ses derniers jours. Même quand ils rencontrent, lors de leur voyage en train vers Cabourg, Lucien Rivet, homme d'affaires cupide et ambitieux qui découvre, par hasard, leur secret familial et n'hésitera pas, ensuite, à l'utiliser contre Anne et Charles.

Les années passent ainsi entre bonheurs familiaux et crainte de devoir un jour justifier "l'enlèvement" de leurs enfants. Charles a retrouvé avec joie son ami Gustave, venu à son tour s'installer à Cabourg avec sa jeune épouse. Ne pouvant plus exercer comme chirurgien, il a finalement repris le cabinet paternel et jouit d'une excellente réputation. Anne a pu reprendre son travail d'infirmière. Louis et Olivier grandissent. Et quand Louis rencontre la jolie Juliette en villégiature à Cabourg, c'est le coup de foudre. Dans tous les sens du terme. Car c'est bien la foudre qui va s'abattre sur le jeune homme, son frère Olivier et ses parents, avec cette rencontre. Et le secret de leur filiation si bien gardé, malgré la pression imposée par Rivet, pourrait bien dès lors éclater au grand jour...

Vous dire que je me suis régalée à la lecture de ce nouveau roman d'Emmanuelle Friedmann, paru dans la belle collection France de toujours et d'aujourd'hui des éditions Calmann Lévy, serait bien en-dessous de tout ce que j'ai ressenti. L'incompréhension du début sur la relation de Charles avec son père a très vite laissé la place à l'admiration devant la volonté du jeune homme de réussir dans la voie qu'il s'est choisie, face à son engagement, sa volonté de soulager la souffrance des martyrs de la guerre, l'émotion de la rencontre avec Anne, leur tristesse face à leur impossibilité de donner la vie, les sourires liés à l'amitié qui unit Charles et Gustave. Et puis, le drame qui laisse deux enfants sans défense et orphelins, le choix du coeur que fait Anne immédiatement, malgré les hésitations et les réticences de Charles. Et puis encore, pour Charles, la force de revenir dans sa ville natale, la force du pardon accordé à son père, la force de construire une nouvelle vie pour sa famille, la force de résister à la pression qu'un homme sans scrupule fait peser sur ses épaules. Et enfin le choc quand la vérité éclate. La colère, la rancune, la haine presque, l'abnégation toujours et l'écoute, l'attention, l'affection, indestructible, inébranlable.

Ce roman, c'est une histoire de vie. C'est l'histoire d'une famille confrontée à la guerre, aux drames, à ses choix. C'est l'histoire d'un homme, fier et noble, qui a des valeurs et qui croit en elles. Et c'est l'histoire d'une femme, amoureuse, rongée par son impossibilité à procréer et débordante d'amour à offrir. Peut-on dès lors, malgré la loi et sa rigidité, lui en vouloir?

Ces derniers temps, je lis beaucoup d'ouvrages sur cette question de la maternité, voulue, subie ou refusée. Avec ce roman "La faute des autres", Emmanuelle Friedmann apporte une réponse et nous la livre, portée par sa belle écriture, parfaitement maîtrisée et rythmée, d'une manière bouleversante. Et, cerise sur ce si beau gâteau pour celles et ceux qui, comme moi, n'ont pas le bonheur de la connaître, Emmanuelle Friedmann nous offre en plus une magnifique invitation à découvrir... Cabourg! Et ça, ça ne se refuse pas!!!

 

La faute des autres

Commenter cet article

eimelle 28/04/2017 13:12

Pour le dépaysement en prime, pourquoi pas!

Martine 28/04/2017 17:07

Mais pas que... :-)

Jules se livre 28/04/2017 02:31

La couverture fait très envie!! :)

Martine 28/04/2017 17:07

N'est-ce pas? Et l'histoire est juste bouleversante! Merci Jules

Binchy 27/04/2017 21:06

Une excellente chronique Martine ! C'est tout-à-fait cela ! Ce livre est bouleversant : A LIRE !!! Vraiment !!!
Je te souhaite une très belle fin de semaine Martine et je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Martine 28/04/2017 17:06

Merci beaucoup, Bernadette! Très bonne fin de semaine à toi aussi et gros bisous!