La sonate oubliée

Publié le par Martine

La sonate oubliée

Première lecture de la sélection de janvier 2017 des 68 premières fois, "La sonate oubliée", parue chez Préludes sous la plume sensible de la primo-romancière Christiana Moreau, me permet de prolonger un peu mon séjour vénitien et donc une nouvelle participation également au challenge Il Viaggio.

De nos jours dans la petite ville de Seraing en Belgique, la jeune Lionella, "Lio" pour ses proches, s'apprête à passer un concours de musique classique de renommée internationale retransmis à la télévision. Supportant difficilement la pression que lui imposent sa mère et son professeur de musique, de violoncelle plus précisément, et vivant mal une adolescence faite de solitude et d'isolement, la jeune fille d'origine italienne ne trouve de réconfort que dans l'amitié que lui voue, sans bornes, Kevin, depuis leur enfance. 

En effet, pression il y a, dans la mesure où, à quelques semaines à peine du fameux concours, Lionella n'a toujours rien décidé de son interprétation et encore moins travaillé. Aussi, lorsque Kevin, au gré d'une sortie dans un vide-greniers, découvre et lui offre un coffret contenant un livret de portées musicales pour violoncelle, une médaille coupée en deux et un cahier qui semblent avoir appartenu à une jeune Vénitienne au XVIIIe siècle, son excitation est grande. De fait, cette partition inédite semble faite pour elle! Et d'emblée les premières notes déchiffrées l'emportent, ainsi que Kévin, dans un univers lointain, magique et troublant. Le récit de ce qui s'avère très vite être le journal intime de la jeune Ada del violoncello, une jeune orpheline ayant vécu à l'Ospedale della Pieta où enseignait l'abbé Antonio Vivaldi à Venise, pousse Lionella à penser que cette "sonate" est une oeuvre oubliée du grand compositeur.

Voici donc la partition qu'interprétera Lio lors du concours, révélant ainsi cette découverte au monde entier, encouragée en cela par son professeur. Mais si cette sonate n'était pas signée par Vivaldi finalement?...

J'ai beaucoup aimé cette lecture qui alterne les chapitres entre présent et passé. La vie dans cette petite commune de Belgique, les faux-semblants, faux-fuyants du monde de la télévision et de l'univers des grands concours internationaux mis en balance avec la vie de cette jeune orpheline, quasiment enfermée dans cet ospedale d'où elle ne pourra sortir qu'à l'âge de 40 ans, une fois qu'elle aura acquitté la "dette" de son éducation ou si elle vient à se marier, ce qui parait assez irréalisable vu sa situation. Dans un cas comme dans l'autre, l'avenir d'Ada parait bien sombre. Son seul réconfort, elle le trouve dans la musique et cet art du violoncelle enseigné par Vivaldi. Mais tout pourrait changer le jour où elle est remarquée par le jeune comte Charles, de passage pour le Carnaval de la Sérénissime en cette année 1723...

Avec cette "Sonate oubliée", Christiana Moreau réussit le prodige de nous émouvoir par une (deux?) troublante(s) histoire(s) d'amour et, par-dessus tout, par cette plongée au coeur de Venise, ses descriptions "comme si on y était", et les emportements de cette musique vivant au gré des émois de sa (ses) douce et vive interprète(s). 

Un très bon premier roman porté par une écriture sensible et agréable que j'espère vraiment lire à nouveau.

La sonate oubliée
La sonate oubliée

Commenter cet article

christiana 04/03/2017 17:14

Merci pour cette jolie chronique, très heureuse que vous appréciez.

Martine 06/03/2017 08:38

C'est moi qui vous remercie pour ce très beau roman! J'ai hâte de vous lire à nouveau!