Avant que naisse la forêt

Publié le par Martine

Avant que naisse la forêt

Me voici arrivée au terme de la sélection de septembre avec ce premier roman de Jérôme Chantreau "Avant que naisse la forêt" paru aux éditions Les Escales-Domaine français.

Avant de vous parler un peu plus de ce roman, je tiens à remercier Charlotte, Nicole, Eglantine et Sabine pour cette très très belle aventure littéraire ET humaine vécue avec les 68 premières fois et, surtout, pour cette belle sélection de premiers romans qu'elles m'ont donné l'occasion de lire. Autant de lectures, il est vrai, que je n'aurais jamais faites autrement et cela aurait vraiment été dommage. Pour cette nouvelle année, je viens de me réinscrire à cette aventure douce et dingue, au moins pour la sélection de janvier. Les participations étant limitées à 68, je ne sais pas encore si je serai retenue. Mais qu'importe! De toutes façons, je suivrai les découvertes littéraires proposées et en lirai forcément quelques-unes!

"Avant que naisse la forêt" est un beau et bon premier roman, à l'écriture très agréable et maîtrisée, qui aborde le thème de l'héritage et de la transmission et le fait d'une manière assez troublante. En effet Alfred, le narrateur, vit en région parisienne avec son épouse et sa fille. Il vient d'apprendre le décès de sa mère et se rend en Mayenne dans la vieille maison, une sorte de château plutôt, perdue au milieu d'un grand bois où vivait sa mère et où il doit organiser les funérailles. Jusque là rien que de très normal si ce n'est quelques petites étrangetés comportementales relevées ici et là. Mais, dans de telles circonstances, qui peut se targuer de réagir normalement? Certainement pas moi!

Là où ça devient vraiment bizarre et surprenant, c'est quand, après les obsèques, Alfred trouve refuge dans les bois, dans cette "forêt" en emportant avec lui l'urne où reposent les cendres de sa mère. La narration devient alors très personnelle. Le quadragénaire évoquant le souvenir de la défunte, sa vie à ses côtés, en famille, pendant son enfance et sa jeunesse, ce qu'il a fait (ou pas) ensuite arrivé à l'âge adulte, et la nature lui répondant, laissant planer un doute, et nous faisant nous interroger sur notre lecture, sa réalité ou son irréalité.

J'avoue que cela m'a déroutée à plusieurs reprises, ne sachant plus très bien si j'étais dans une histoire vraie ou dans les vagabondages de l'âme d'Alfred. Certaines situations prêtent à sourire et nous semblent parfaitement authentiques. Sauf que, quelques instants plus tard, la même situation nous parait totalement inattendue et même complètement saugrenue. 

Et c'est ce qui fait le charme de ce roman, me semble-t-il. Le fait de ne plus très bien savoir où on est, qui on est, ce qu'on fait, comment on le fait, et en même temps de suivre Alfred dans sa démarche d'introspection et d'avancer avec lui, de comprendre les choix qui s'imposent à lui et les décisions qui en découlent.

J'ai vraiment bien apprécié cette lecture, abordant de manière très singulière cette question sensible de l'héritage, de ce qui nous vient et nous reste de nos parents, de ceux qui nous ont offert les bases de nos existences, de ce qu'on en a fait et pourrait encore en faire, et ce retour aux sources, à la nature, à l'essentiel, qui permet enfin d'avancer.

Avant que naisse la forêt
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Manika 05/01/2017 16:13

Il est dans la sélection de mon club de lecture !

Martine 07/01/2017 15:26

Je t'en souhaite une belle lecture! :-)