Au début de l'amour

Publié le par Martine

Au début de l'amour

Comme je vous le disais ce matin, et sans savoir que la médiathèque de Romans allait organiser le mois de la littérature allemande ce mois-ci, depuis quelques temps j'ai très envie de découvrir cette littérature et j'ai emprunté fin décembre ce roman "Au début de l'amour", le premier de Judith Hermann, paru chez Albin Michel, après plusieurs recueil de nouvelles

Stella et Jason se sont rencontrés dans l'avion qui ramenait la jeune femme chez elle après le mariage de sa meilleure amie. Bien que ce ne fut pas un véritable coup de foudre entre eux, leur entente fut immédiate et suffisamment forte pour qu'ils envisagent de s'unir et très vite de devenir les parents d'Ava. A présent Ava a 5 ans et la petite famille s'est installée dans un modeste pavillon de banlieue offrant ainsi à l'enfant les joies de la presque campagne et, pour ses parents, les commodités de la ville à proximité. Stella, qui est infirmière, emmène tous les jours sa fille au jardin d'enfants à vélo et se retrouve seule à midi chez elle. Une pause à mi-journée qu'elle apprécie particulièrement entre deux visites chez ses patients. Cette petite vie tranquille, rythmée par les déplacements professionnels de Jason, pourrait continuer ainsi sans que rien ne se passe de particulier. Sauf que ce n'est pas le cas. Ce bel équilibre est rompu le jour où un coup de sonnette intempestif vient déranger Stella lors de sa pause méridienne. Derrière la porte, un homme, un voisin, souhaite parler avec elle, établir une relation. Ce que refuse tout net la jeune femme. Elle n'a pas de temps pour cela. 

Mais voilà que cet homme revient le lendemain, puis le surlendemain, et le jour d'après, puis tous les jours, à l'exception de ceux où Jason est présent. Bien sûr Stella ne répond pas à ses coups de sonnette. Mais il est là. Elle le sait. Elle l'observe du haut de la fenêtre de son bureau. Et lui, Mister Pfister, s'obstine. Chaque jour, il dépose dans sa boite aux lettres un petit mot, de menus objets, des photos... créant, insidieusement, un sentiment d'angoisse diffus. Mais rien ne se passe...

Ce roman m'a surprise par son écriture très visuelle. Des petites phrases courtes, presque hachées, comme des prises de vue photographiques. Clic-clac. C'est dans la boite. Une phrase. une vue. C'est assez déroutant au début et puis on s'habitue très vite et on suit d'autant plus volontiers cette histoire que l'angoisse monte. On attend qu'il se passe quelque chose. Mais rien n'arrive. Si ce n'est l'audace de cet homme, Mister Pfister, qui lentement mais sûrement s'incruste dans la vie de Stella et par extension dans celle de Jason et d'Ava. Que veut-il réellement? Seulement lier connaissance comme il le dit la première fois? Ou envisage-t-il une relation plus sentimentale avec Stella? Rien n'est dit. Judith Hermann nous laisse le soin d'imaginer. Si l'on en croit le titre du roman, c'est ce qu'on en est en droit de penser. Si l'on se fie à l'histoire, on serait tenté d'attendre un drame.

Or rien de tout cela ne survient. J'en suis même venue à douter de l'existence réelle de ce Mister Pfister, pensant qu'il était le fruit de l'imagination de Stella, un fantasme qu'elle se serait créé pour pimenter la morosité de son existence. Cependant il existe bel et bien. Jason nous le prouve quand il le surprend et le roue de coups de bâton pour lui faire cesser son petit jeu.

J'ai beaucoup apprécié cette lecture, cette atmosphère si particulière, les descriptions, et surtout cette écriture très visuelle qui rend cette histoire tellement plus vivante. 

Un très bon premier roman allemand qui me donne envie de découvrir cette auteur dans ses nouvelles à présent.

Au début de l'amour

Commenter cet article

Binchy 09/01/2017 17:21

Merci pour cet excellent partage de lecture allemande Martine ! Il y a d'excellents auteurs allemands et j'avais beaucoup apprécié le salon du livre de Paris, l'année où l'Allemagne était l'invitée d'honneur. Ma fille Stéphanie y avait d'ailleurs rencontré sa prof d'Allemand ! Marrant ! Très bon souvenir !
Tu me donnes envie de lire cet ouvrage.
Je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Martine 09/01/2017 19:11

Si tu as des conseils à me donner en écrivains et lectures allemands, je suis preneuse! Merci beaucoup, Bernadette! et gros bisous