Black Messie

Publié le par Martine

Black Messie

Qui mieux que celle qui m'a fait découvrir et aimer la littérature italienne pouvait illustrer le thème de ce lundi proposé par Eimelle pour le mois italien : unE auteurE italien(ne)?
Pour moi, pas l'ombre d'une hésitation! C'est Simonetta Greggio, découverte avec "La Douceur des hommes" il y a quelques années lors d'une participation à un livre voyageur (déjà) organisé par Angelica/Marie-Claire. Cette découverte ayant été confirmée par "Etoile" lu quelques temps après, depuis j'ai lu chaque livre de Simonetta Greggio, chaque fois avec le même bonheur, quelque-soit le genre littéraire emprunté. Ce qui m'amène à penser qu'un bon écrivain peut vraiment tout écrire!

J'en ai encore la preuve avec ce dernier opus, publié chez Stock "Black Messie", acheté cet été mais commencé à lire seulement hier soir. Un roman policier, puisqu'il y a meurtres et enquête, mais pas seulement. Un roman fort, prenant, qui nous dépeint une société pour le moins mystérieuse, loin de mon univers quotidien et pourtant si proche. Un roman sensible et terrible à la fois. Un beau roman dans lequel Simonetta Greggio laisse libre court à son talent d'écrivain dans notre belle langue française dont elle maîtrise chaque subtilité à merveille! Car, j'ai oublié de vous le préciser, bien que, italienne, née à Padoue en Vénétie, Simonetta Greggio écrit en français. Là se trouve sa singularité, sa force et sa qualité.

Dans ce nouveau roman, l'auteur revient sur celui que tous les médias de l'époque, entre 1968 et 1985, ont appelé "le Monstre de Florence", celui-là même qui commit tant d'horribles crimes et qui a inspiré le film "Le Silence des agneaux". Or, celui-ci est mort désormais et semble bien oublié. Enfin... visiblement pas par tous.

C'est ce que ne vont pas tarder de découvrir le capitaine des carabiniers Jacopo d'Orto et son équipe lorsqu'ils sont appelés à se rendre sur un premier crime : une jeune fille terriblement mutilée. Très secoué par cette horrible découverte, le capitaine, chargé de cette enquête, l'est d'autant plus qu'il est lui-même père de trois filles, trois jeunes femmes qu'il chérit tendrement et qui le lui rendent bien, chacune à sa façon.

L'affaire se complique lorsqu'un deuxième crime a lieu, un jeune homme cette fois, retrouvé seul dans sa voiture, affreusement mutilé lui aussi, après un ébat amoureux. Des traces de résistance orientent alors l'enquête vers l'enlèvement de la jeune femme présente au côté de la victime lors du crime... Mais qui est-elle.? Est-elle encore vivante? Et surtout qui agit de cette manière si abjecte?

L'avantage que nous, lecteurs, avons sur le capitaine Jacopo d'Orto qui, proche de la retraite, aurait bien aimé passer ces dernières années de service de façon moins violente, c'est que nous lisons ce roman à la construction habile, de courts chapitres donnant voix aux principaux protagonistes et notamment au tueur, que cela nous offre une vision d'ensemble bienvenue mais tout autant effrayante.

Je n'en suis encore qu'au début de cette lecture et ne peux donc en dire davantage si ce n'est que j'ai hâte d'être à ce soir pour la poursuivre.

Black Messie
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

eimelle 10/10/2016 16:45

tu sembles partie pour un avis positif!

Martine 11/10/2016 19:27

Complètement, oui! :-)