La Soledad

Publié le par Martine

La Soledad

Voici un premier roman qui ne fait pas partie de la sélection des 68 premières fois mais que j'ai pris grand plaisir à lire. Publié aux Presses de la Cité dans sa traduction française, ce roman "La soledad" signé Natalio Grueso nous offre une merveilleuse ouverture sur le monde, un voyage unique, servi par une écriture sensible et voluptueuse, poétique et charmeuse dont l'humour et l'ironie ne sont pas absentes.

Cela fait plusieurs mois maintenant que Bruno Labastide réside à Venise dans ce quartier singulier de Dorsoduro. Et cela fait plusieurs semaines à présent que, chaque jour, de la table du café où il vient se détendre et contempler le monde, il voit passer une belle jeune femme, Keiko, dont la démarche, l'allure le troublent insidieusement. Bruno est sous le charme de Keiko. Comme d'autres hommes d'ailleurs, à qui la trop belle Japonaise promet une nuit d'amour seulement à celui qui saura l'émouvoir par une lettre, un poème, une histoire...

Un défi de taille qui ne fait pas peur à Bruno, grand voyageur qui n'a que l'embarras du choix parmi les nombreuses aventures, anecdotes qu'il a vécues. Mais, justement, laquelle raconter? Laquelle saura retenir l'attention de Keiko et, mieux, l'émouvoir au point de lui faire remporter ce challenge amoureux et savourer pleinement sa "récompense"?

D'une anecdote à l'autre, d'un moment de sa vie à l'autre, d'une aventure à l'autre, d'un pays à l'autre, commence ainsi un récit foisonnant, troublant, drôle, triste par moments, émouvant toujours. La vie, quoi, et son récit, son vécu, celui d'un homme qui a bien profité de ce qu'elle a eu à lui offrir, qui en a souffert également et qui en a gardé une grande confiance et un enthousiasme teinté de nostalgie.

Sera-t-il l'heureux gagnant du défi provoquant que lui a lancé la belle Keiko? Ce n'est pas à moi de vous le dire, préférant vous laisser, à votre tour, vous imprégner de cette ambiance délicieusement troublante, de cet esprit d'aventure un peu chevaleresque qui ajoute encore au trouble ressenti, et vous offrir en même temps les sourires complices qui jalonnent cette émouvante lecture.

Une lecture que j'inscris dans le Défi Premier roman proposé par Daniel.

La Soledad

Commenter cet article

Blandine 16/09/2016 21:57

Rien que le titre me donne envie de lire ce roman! Et ta chronique davantage encore ;-)

Martine 17/09/2016 09:50

Waouhhhh! Voilà qui me touche beaucoup! Merci Blandine! Et bon week-end!

Binchy 16/09/2016 20:24

Ce livre doit être en effet très bien et ta chronique nous donne vraiment envie de le lire...
Très bon week-end lecture encore à toi Martine.
Bonne soirée.
Je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Martine 17/09/2016 09:49

Oui, il est vraiment bien! Je te le confirme! Merci Bernadette! Je te souhaite un très bon week-end et je t'embrasse bien fort!

Manika 16/09/2016 17:42

J'ai vu cette petite vidéo https://youtu.be/YzCQg3chgcI en 30 sec elle a su me convaincre tout comme toi !

Martine 17/09/2016 09:49

Ah oui! Bien, la video! Merci Manika! Et bon week-end!

Alysa Morgon 16/09/2016 16:20

Waou ! Voilà une belle idée de la part de l'auteur ! Et qui a tenu ses promesses apparemment. J'aime ce qui sort du courant, de l'ordinaire, dans les histoires et dans les écritures. Et si l'émotion est au rendez-vous, que demander de plus ? Bravo pour un premier roman ! Je vous souhaite une belle fin de journée et de belles lectures encore, chère Martine. Je vous embrasse, et à bientôt...

Martine 17/09/2016 09:48

Effectivement "c'est un beau roman, c'est une belle histoire" (et ses histoires dans l'histoire) qu'on a envie de partager et qui reste en nous. signe, comme vous le savez chère alysa, que la qualité littéraire est là et bien là! Merci pour votre visite "chez moi". Je vous souhaite également un très bon week-end (malgré la pluie) et je vous embrasse!

eimelle 16/09/2016 16:17

un livre original, dont certains personnages restent bien en mémoire!

Martine 17/09/2016 09:45

Exactement! Merci Eimelle! Bon week-end!