Le pacte du petit juge

Publié le par Martine

Le pacte du petit juge

Quand j'ai vu ce roman "Le pacte du petit juge" mis en avant à ma médiathèque début juin, j'ai sauté de joie à l'idée de retrouver le juge Alberto Lenzi, personnage récurrent de Mimmo Gangemi, découvert l'an dernier avec le premier opus publié également chez Seuil "La revanche du petit juge". Je l'ai donc vite emprunté. Seulement...

Les semaines sont passées. Juin s'est écoulé et l'heure de rapporter le roman à la médiathèque est arrivée. Alors je me suis fait le plaisir de le lire ce week-end et je vous en parle aujourd'hui.

Tout commence par la révolte des Noirs africains cueilleurs d'oranges surexploités par les propriétaires terriens dans cette région sèche et aride de Reggio Calabre, dont la pointe regarde la Sicile en face. Les représailles sont terribles et trois Noirs africains, cachés dans une maison appartenant à Ouncle Ciccio Cartara, éminemment connu au sein de la mafia locale :la 'Ndrangheta, sont sauvagement massacrés et enterrés secrètement à quelques kilomètres de la scène des crimes. En même temps, un chargement illicite de drogue devant arriver au port est signalé au procureur, lequel somme le juge Alberto Lenzi de procéder à la saisie et à l'arrestation des trafiquants. Mais quand celui-ci intervient, tout a disparu. Une fuite a certainement eu lieu. Mais par qui et comment? Cette affaire n'arrange pas le moral d'Alberto, devenu la risée du tribunal et déjà englué dans un quotidien plutôt morose et sa relation plutôt bancale avec Marina, officier de Carabiniers, qui se verrait bien en tant que deuxième épouse du juge. Ce que lui, au contraire, n'envisage absolument pas!

L'affaire des Noirs africains et celle de la drogue subtilisée ont-elles un lien entre elles? Rien n'est moins sûr. Pourtant, ces deux enquêtes sont confiées aux juges Lenzi et Chiara Allegri. Lesquels ne tardent pas à collaborer aussi à l'horizontal, précipitant ainsi la rupture entre Lenzi et Marina. Tout se complique encore quand un homme, travaillant à la réception des paquebots au port, est retrouvé mort, atrocement torturé et pendu par les pieds. Un crime évidemment signé par la 'Ndrangheta. Mais par quelle " 'ndrine" exactement? Les familles coupables semblent être désignées à l’œil nu pour tout le monde. Mais pas pour Lenzi qui y voit trop d'évidences. Surtout quand Don Mico Rota, 'ndranghetiste bien connu et désormais âgé dont il a favorisé la détention à domicile, sollicite un rendez-vous avec lui... pour semer le doute et mieux brouiller les pistes?!!

Outre le bonheur de retrouver le juge Lenzi, qui m'est d'autant plus sympathique qu'il se présente comme un homme simple, avec ses qualités et ses défauts, surtout ses défauts d'ailleurs, mais aussi avec ses blessures secrètes et ses failles, j'ai pris grand plaisir à cette lecture fort dépaysante. Le suspense fonctionne bien, de la première à la dernière page, quasiment jusqu'aux dernières lignes. Et il y a aussi ces merveilleux décors, ces paysages nourris de soleil et de chaleur. Et puis cette ambiance justement recréée, les rivalités sournoises qui se jouent à l'abri du tribunal et également au sein de la 'Ndrangheta, et là où la corruption est bien installée. Car bien sûr les deux affaires précitées vont se retrouver mêlées. Mais comment et pourquoi? Et quel pacte va être amené à conclure le "petit" juge? Je vous invite vivement à le découvrir en lisant aussi ce roman passionnant.

Je compte cette lecture pour le Viaggio d'Eimelle bien qu'il soit complètement hors thème en juillet!

Le pacte du petit juge

Commenter cet article