Quand les femmes parlent après l'amour

Publié le par Martine

Quand les femmes parlent après l'amour

Je l'ai déjà dit sur ce blog à plusieurs reprises, j'aime lire de front au moins deux ouvrages : un recueil de nouvelles en journée, dont je peux ainsi segmenter la lecture entre deux activités, deux rendez-vous, deux cours... et un roman en soirée quand je dispose de davantage de temps! Cette façon de faire me convient très bien et me permet de varier mes plaisirs littéraires.

C'est comme ça que j'ai lu il y a déjà quelques temps ce recueil de Thierry Radière "Quand les femmes parlent après l'amour" paru chez Zonaires Editions, avec, comme perspective, d'en parler lors du fameux rendez-vous de Stéphie "le Premier mardi, c'est permis". Mais des premiers mardis, par mois (et par définition), il n'y en a qu'un! Et puis, tête de linotte que je suis, j'ai plusieurs fois laissé passer la date ou j'ai oublié, ou encore une autre lecture a pris le pas sur celle-ci.

Aussi mieux vaut tard que jamais, et aujourd'hui, je vous présente ce sympathique recueil dont chacune des 29 nouvelles, des 29 monologues (comme le sous-titre l'indique) présente la particularité de se dérouler dans une chambre à coucher et même, la plupart du temps, dans un lit! Après l'amour. Et autre singularité, précisée cette fois dans le titre, chaque nouvelle rapporte le discours intérieur, les réflexions, le monologue d'une femme, en toute simplicité, sobriété et surtout sans vulgarité.

Je ne vais pas vous détailler ces 29 nouvelles. Tout ce que je peux vous en dire, c'est que chacune s'avère tour à tour (ou parfois en même temps) émouvante, brutale, ironique, humoristique, bouleversante, forte, drôle, sarcastique, et toujours sincère et authentique. Et c'est ce qui est le plus surprenant, étant donné que c'est un homme, Thierry Radière, qui les a écrites, révélant et témoignant ainsi d'une grande qualité d'écoute, de cœur, et bien sûr d'écriture!

Le style est direct, franc et démontre une grande sincérité. Les émotions affluent, nous tombent dessus par surprise, nous agacent de temps à autres, et on ne peut alors qu'entrer en empathie avec celle qui parle. De même les situations évoquées sont bien souvent attendues et, de fait, nous semblent assez convenues. Et pourtant, par un petit je ne sais quoi qui se glisse dans le récit, l'auteur parvient à nous surprendre, créant ainsi un sentiment nouveau, comme une évidence qui se révèle soudain. Et nous met face à la maîtrise certaine de Thierry Radière dans ce genre littéraire difficile que constituent la nouvelle et le texte court.

Commenter cet article

Thierry Radière 12/05/2016 19:01

Merci beaucoup, Martine, d'avoir pris du temps pour parler de mon recueil. Je vous souhaite une belle soirée. A bientôt !

Martine 13/05/2016 10:18

Tout le plaisir fut pour moi! Merci Thierry! Bonne journée!