Lettres à mon utérus

Publié le par Martine

Lettres à mon utérus

Dans la lignée des "Monologues du vagin" que tout le monde (ou presque) connait au moins de nom, les éditions La Musardine publient "Lettres à mon utérus". Seize lettres dans lesquelles seize femmes journalistes, écrivains, humoristes, comédiennes engagées dans des associations, chanteuses, blogueuses... écrivent à une partie de leur corps, cet organe dont on ne parle jamais, leur utérus, pourtant essentiel à l'anatomie féminine.

Ces lettres réunies dans ce recueil à la belle couverture mauve sont tour à tour touchantes, émouvantes, indifférentes, agacées, vindicatives, rancunières... et contiennent toutes ce "petit plus" amical, cette part de complicité singulière inhérente à quelqu'un (ou quelque chose) qu'on sait être là, avec qui et sur qui on peut compter et dont l'absence fait mal.

Ces lettres sont signées (par ordre alphabétique) Cassie Carrigan, Nadia Daam, Octavie Delvaux, Géraldine Durand, Camille Emmanuelle, Sandra Franrenet, Marie Lafragette, Johanna Luyssen, Maïa Mazaurette, Marie Minelli, Olivia Moore, Gaëlle Renard, Léa Rivière, Julia Palombe, Delphine Philbert et Juliette Speranza.

Chacune, avec sa sensibilité, s'adresse à son utérus, qu'elle soit mère, ou pas encore, ou jamais parce que la maladie s'en est mêlée. Avec délicatesse, en toute franchise, sans tabous, ces auteurs parlent à leur organe en toute sincérité. Et c'est beau. J'ai même envie de dire : c'est pur! En tous les cas, pas une, dans la diversité de ces lettres lues "en pointillé" ces dernières semaines, selon mon humeur, pas une, aucune ne m'a pas émue.

Réunies dans ce recueil dirigé par Marlène Schiappa, auteur, fondatrice du site "Maman travaille" et engagée politiquement dans sa ville du Mans, ces lettres présentent aussi la particularité d'être préfacées par Stéphane Rose, humoriste auteur chroniqueur, et postfacées par Cédric Bruguière, auteur, tous deux s'interrogeant avec humour sur leur présence au sein de cet ouvrage collectif typiquement féminin et y trouvant cependant une certaine pertinence et même une pertinence certaine!

Un beau recueil, des lettres magnifiques, à mettre entre toutes les mains.

Et, avec cette lecture, je participe à nouveau (ce que je n'ai pas fait depuis très (trop) longtemps!) au challenge de Stéphie "Le premier mardi, c'est permis"!

Lettres à mon utérus

Commenter cet article

Manika 04/05/2016 14:38

Déjà que je n'avais pas été convaincue par les monologues je passerai mon tour

Martine 05/05/2016 13:41

:-)

Jerome 03/05/2016 12:54

Si c'est beau mais plombant, je ne suis pas certain d'avoir envie de m'y mettre.

Martine 04/05/2016 08:02

Certes... Mais ces lettres sont vraiment sincères et authentiques! Merci Jérôme!

Noukette 03/05/2016 11:00

Très intéressant ce recueil de lettres, même si j'avoue qu'elles m'ont un peu plombé le moral...!

Martine 04/05/2016 08:01

Parce qu'elles sont sincères!...

Stephie 03/05/2016 08:01

Si tu t'y mets aussi, je vais le lire :)

Martine 04/05/2016 08:01

:-) Mais oui, Stéphie!