De ce pas

Publié le par Martine

De ce pas

Décidément les 68 Premières fois regorgent de pépites et nous offrent de merveilleux moments de lecture! Que leur initiatrice l'Insatiable Charlotte et ses co-organisatrices Nicole et Eglantine en soient ici chaleureusement remerciées!

"De ce pas", c'est d'abord et avant tout un pas de danse, un pas de deux. Celui, ce pas de danse, qu'a effectué durant quelques années Tin, la petite et jeune Cambodgienne arrivée en France en de dramatiques instants. Ce pas de danse qu'elle a dû abandonner, trop tôt, bien trop tôt, parce que son corps, trop sollicité, ne répondait plus et menaçait même de la lâcher. Ce pas enfin, ce pas de deux, qu'elle continue de mener avec Paul, photographe, son compagnon et père de leur fille unique. Cette enfant qu'elle regarde grandir maintenant qu'elle ne danse plus, maintenant qu'elle est devenue Marjorie depuis qu'elle a acquis sa nationalité française, maintenant qu'elle ne vit plus, ou presque plus, portée seulement par les bavardages de la petite.

Ce roman, c'est aussi un constat, le bilan d'une vie, un tournant. Des questions que se pose Marjorie, à présent qu'elle a laissé Tin derrière elle. La réflexion qu'elle mène avec elle-même, avec Paul, lui aussi confronté à de vieux démons familiaux qu'il va bien devoir affronter un jour ou l'autre sous peine de se laisser absorber définitivement.

Ce roman, c'est aussi un silence. Silence des mots qu'on n'ose pas dire. Silence des mots qu'on garde pour soi. Silence des mots qu'on ne dit pas. Silence coupé et rempli seulement par les bavardages joyeux d'abord, puis perplexes et interrogateurs, de la fillette, tels des pépiements d'oiseaux qu'on entend mais qu'on n'écoute pas vraiment. Ils sont là, en bruit de fond, ils nous accompagnent. Mais on n'y fait pas vraiment attention, jusqu'à ce qu'ils cessent et qu'on se laisse surprendre par leur absence soudaine, par ce nouveau silence. Définitif à présent. Sauf si...

Ce roman m'a littéralement envoûtée. Je n'ai pas pu le fermer et même après en avoir terminé la lecture, il était là. Il est toujours là. Avec sa force. Avec sa puissance. Avec ses mots.

Car ce roman, c'est aussi un message d'espoir. Un message qui nous dit qu'il faut toujours regarder devant, devant soi, que si des portes se ferment, d'autres s'ouvrent.

Et c'est beau. Tout simplement.

Avec cette nouvelle lecture des 68, ce premier roman de Caroline Broué paru chez Sabine Wespieser Editeur, je participe également au Défi Premier roman de Daniel. Et j'en suis heureuse.

De ce pas
De ce pas

Commenter cet article

Manika 18/05/2016 16:23

Encore une fois je note ... un roman en résonance !

Martine 19/05/2016 12:15

Merci pour ta confiance!

Pahi 13/05/2016 22:23

Cela me parle...
Merci, chère Martine, et gros bisous.

Martine 14/05/2016 09:47

Cela ne m'étonne pas! Essaie de le lire, ma chère Denise! Gros bisous et bon week-end!

Philippe D 13/05/2016 21:29

Une belle découverte, apparemment. Je ne connais pas du tout.
Bon weekend.

Martine 14/05/2016 09:46

C'est un premier roman à l'écriture vraiment belle. Merci Philippe! Bon week-end!

Noukette 13/05/2016 13:50

Encore une belle découverte, chouette !

Martine 14/05/2016 09:45

Je trouve que nous sommes vraiment gâtées avec ces 68!!!! Merci Noukette! Bon week-end!