Au pays des vermeilles

Publié le par Martine

Au pays des vermeilles

De Noëlle Châtelet, je me souviens avoir lu il y a quelques années "La Dame en bleu", "La Femme coquelicot", "La Petite aux tournesols" et, surtout, le merveilleux "La Dernière Leçon". Aussi, quand ce titre "Au pays des vermeilles" a croisé mon regard à la médiathèque de Romans, j'ai de suite répondu à son appel, confirmé dans cette démarche par la quatrième de couverture de ce récit paru au Seuil en 2009.

Ce récit, tout en pudeur, en sensibilité, en émotions, en délicatesse, c'est celui d'une femme, l'auteur, à partir du jour où elle apprend qu'elle va être grand-mère pour la première fois. La naissance de l'enfant, une fillette, ses premières semaines, ses premiers mois, ses premiers pas, ses premiers mots, ses deux premières années jusqu'à ce qu'elle devienne "grande sœur", tout est évoqué, annoté, consigné comme autant de découvertes l'une de l'autre, de l'une à l'autre, chacune ayant tout à apprendre de l'autre pour la première fois. La fillette parce qu'elle vient au monde parfaitement innocente et a tout à découvrir, la seconde parce que, de mère, la voici propulsée au rang de "grand-mère", position qu'occupait jusqu'à ces dernières années, pour elle, sa propre mère depuis qu'elle-même l'y avait placée au moment de la naissance de son fils unique.

Cet apprentissage se fait en douceur, au rythme de l'une, l'enfant, mais aussi au rythme de l'autre, la grand-mère, qui retrouve chez sa petite-fille, des émotions, des attitudes, des souvenirs que sa mère à elle lui a dit en son temps qu'elle a eu ou vécu, et qu'elle-même, en tant que mère a partagé avec son fils, devenu père de la fillette à présent.

Ainsi, entre enfance et âge adulte, entre innocence et nouvelles responsabilités, c'est à un continuel passage de l'autre côté du miroir, dans un sens et dans l'autre, que se livre l'auteur, à la manière d'Alice et du Lapin blanc, dans leur Pays des Merveilles créé par Lewis Caroll, devenu, pour elle, le si joliment nommé "pays des vermeilles".

Une lecture qui m'a troublée, émue, et accompagnée hier, en ce lundi férié.

Commenter cet article

Manika 18/05/2016 16:14

je n'avais pas aimé Madame George de cette auteure ! mais celui là me tente bien

Martine 19/05/2016 12:13

Pas lu Madame George. J'espère que tu aimeras celui-ci! Merci