L'horizon de Blanche

Publié le par Martine

L'horizon de Blanche

Ce premier roman de Maryline Martin, cela fait un moment, des mois, que je tourne autour, que j'ai très envie de le lire. Je le prenais, bien décidée à l'ouvrir. Et puis ... finalement je le reposais, ne me sentant pas "prête" pour cette lecture. Jusqu'à ces derniers jours.

Est-ce l'effet "68 premières fois" et ce dans quoi je me suis engagée avec? Est-ce parce que mon fils, Romain, est allé à Verdun le week-end dernier préparer le Centenaire de la bataille de 1916 qui sera célébré fin mai? Je ne sais pas mais toujours est-il que j'ai commencé cette lecture en fin de semaine et que je n'ai pas réussi à la lâcher, et que je reste toute imprégnée du destin de cette femme étonnante et remarquable, Blanche.

En cet été 1914, Blanche vit tant bien que mal au côté de son mari, Numance, jaloux, bien que s'autorisant toute infidélité, toujours prêt à s'emporter, à chercher querelle pour laisser s'exprimer la rage qui l'habite. Aussi c'est presque avec soulagement, bien qu'inquiète également, que la jeune femme accueille la mobilisation de Numance comme tant d'autres appelés à combattre. Une vie nouvelle commence alors pour Blanche, désormais seule et trouvant réconfort auprès de sa meilleure amie, Marguerite. Avec elle, elle assiste à ses premières réunions encourageant les femmes à prendre leur indépendance, à se prendre en mains véritablement. Emballée par ces idées féministes, Blanche y adhère d'autant plus qu'elle n'a pas à s'en justifier auprès de Numance.

C'est dans cet état d'esprit, un peu frondeur, un peu libéré, qu'elle rencontre Louis, un jeune médecin charmant, bel homme, sûr de sa vocation et de son engagement envers les plus faibles, ceux qui souffrent. Avec lui, Blanche découvre une autre vision de la vie, une nouvelle perception. Louis est généreux, il sait l'encourager, la rassurer. Tout ce que Numance n'est pas et ne sera sans doute jamais. Aussi c'est presque sans hésitation que la jeune femme accepte de s'engager elle aussi dans le premier conflit mondial et de se mettre au service de la France en intégrant, comme infirmière, l'Union des Femmes de France. Une nouvelle perspective, un nouvel objectif, un nouvel avenir, un nouvel horizon s'ouvre pour Blanche.

Paru aux éditions Glyphe, tout comme son recueil de nouvelles "Les dames du chemin" que j'avais déjà beaucoup apprécié, ce premier roman de Maryline Martin est une vraie réussite. J'y ai retrouvé avec grand bonheur le style incisif, net et franc de l'auteur, sa façon singulière de rythmer son récit sans jamais nous fatiguer ou nous lasser. Avec un talent indéniable, Maryline Martin joue avec nos émotions, nous en offre de nouvelles, nous étonne, nous inquiète, nous rassure. Ce qu'on avait déjà plus ou moins deviné, cette force tranquille, cette maîtrise de l'écriture, avec "Les dames du chemin" se révèle pleinement dans le roman.

L'histoire de Blanche, on la connait. On l'a apprise dans nos cours d'Histoire au lycée. Mais là, Maryline Martin lui donne vie. Avec elle, on s'en prend plein la face (pour ne pas dire plus). Rien ne lui (nous) est épargné et c'est comme si on vivait, on partageait le récit d'une amie. Tout est authentique, vérifié. Rien n'est laissé au hasard. Ce que nous décrit l'auteur s'est réellement passé. Ce que vit Blanche, des femmes, de nombreuses femmes, l'ont vécu aussi.

C'est sans doute pourquoi Blanche va rester longtemps dans mon cœur, présente à mon esprit comme tant d'autres "héroïnes" de romans lus il y a peu ou plus longtemps, et qui me montrent le chemin, qui restent pour moi un modèle. Et c'est en cela que, à mes yeux, dans mon cœur, ce roman est une merveilleuse réussite!

... et me permet une nouvelle participation au Défi Premier roman chez Daniel.

L'horizon de Blanche

Commenter cet article

Joséphine 19/05/2016 17:20

J'ai lu et apprécié ce roman et j'ai aussi découvert le recueil de nouvelles "les Dames du Chemin". Dans ces deux livres, j'ai vraiment aimé le style de l'auteur. Avec une économie de mots et une certaine poésie, elle a su créer une atmosphère, rendre ses personnages attachants. Le fait d'entremêler les fils de l'Histoire dans celles des petites gens m'a permis de comprendre et de mieux appréhender, le rôle peu connu des femmes dans cette période douloureuse. Merci à ce blog pour cette belle découverte et j'ai envie de rajouter que Blanche et ses Dames du chemin vont continuer de cheminer longtemps à mes côtés.

Martine 20/05/2016 10:55

Merci Joséphine. Vos mots me vont droit au coeur et certainement au coeur de l'auteur, Maryline Martin, également... Merci infiniment pour votre partage!

DF 08/05/2016 22:14

J'ai visité le stand de l'éditeur au Salon du Livre de Genève, mais n'y ai pas vu ce livre. Dommage!

Martine 09/05/2016 19:20

L'auteur m'informe que tu peux éventuellement contacter son éditeur par mail eric.martini@glyphe.com
Tu me tiens au courant? Merci!

Joséphine 03/05/2016 13:16

Bonjour , je vous trouve bien acerbe chère Arouna. On sent de l'aigreur dans chacun de vos propos. Pour ma part, j'ai écouté l'émission hier soir d'Elise Fischer qui a invité l'auteur dans son émission "Au fil des pages" et qui parle d'un roman bien documenté et d'une justesse d'écriture. Ce qui est drôle, c'est que l'auteur parle de son " côté fleur bleue" (le côté Harlequin qui vous a tant déplu)...Ce matin, je suis allée à la recherche de commentaires ...de retours de lecture. Ce qui est cliché pour certains ne l'est parfois pas pour d'autres...Chacun lit avec sa propre histoire...Je vais donc lire avec plaisir le livre de Maryline Martin.

DF 25/04/2016 22:44

Merci pour cette nouvelle et intéressante participation au Défi Premier roman! J'ai eu l'occasion de rencontrer les gens des éditions Glyphe sur des salons du livre en Suisse; s'ils reviennent, je leur demanderai un exemplaire de ce roman.

Martine 26/04/2016 07:31

Et tu feras bien! Merci beaucoup, Daniel, pour ce Défi Premier roman. Je m'y régale! Bonne journée!

Pahi 25/04/2016 21:01

La hauteur de ma PAL est proportionnelle au nombre de tes tentations ! ;-)
Gros bisous, Martine, et bonne semaine.

Martine 26/04/2016 07:30

Et d'autant plus que ce roman pourrait aussi beaucoup plaire à ta Douce Moitié! Gros bisous, Denise! Bonne journée et merci!