Le temps du pain noir

Publié le par Martine

Le temps du pain noir

Ma nouvelle lecture commencée hier soir me permet de participer à deux rendez-vous aujourd'hui : le Mardi sur son 31 avec Sophie et le challenge Deuxième guerre mondiale chez Ostinato.

En cet hiver 1943-1944, cela fait déjà 4 ans que la France est en guerre et occupée par les allemands. Les temps sont durs, les privations sévères et Aimée, jeune femme de 25 ans, institutrice vivant toujours chez ses parents pour les soulager et prendre soin de son petit frère, Michel, malade et très affaibli, a de plus en plus de mal à trouver de quoi nourrir la famille. Les denrées sont rares et, très vite, hors de prix. Aimée se sent d'autant plus seule et dépourvue que cela fait aussi 4 ans qu'elle n'a plus vu son fiancé, Jean, prisonnier de guerre en Allemagne et qu'elle craint de ne jamais revoir ou de retrouver trop tard, quand elle sera trop âgée pour songer encore au mariage.

C'est dans cet état d'esprit, sombre et assez désespéré, qu'elle rencontre, un soir en rentrant chez elle après de longues tractations pour un petit morceau de viande chez un fermier de ces Hauts Plateaux des Cosses où elle réside, un jeune garçon, David, perdu, assoiffé et affamé, qui va de suite éveiller chez la jeune femme un sentiment d'urgence, d'appel au secours et le besoin impérieux de "faire quelque chose", de réagir et de ne plus subir en baissant la tête, en acceptant l'inacceptable encore et toujours.

J'ai emprunté ce roman "Le temps de pain noir" de Marie-Louise Vaissière, paru aux éditions De Borée, à la médiathèque de Portes les Valence. D'abord parce que ce sujet de la Deuxième Guerre mondiale m'a toujours attirée et que je n'ai de cesse de lire à ce propos et surtout parce que ce roman, tout au moins traité comme tel, est le fruit d'une histoire vraie, d'un témoignage laissé par son auteur, Marie-Louise Vaissière, institutrice, dans un des quelque 37 carnets qu'elle a rempli pratiquement au jour le jour entre 1931 et 1980. Cela ne pouvait que m'émouvoir et, de fait, c'est bien ce qui se produit déjà dès les premières pages dont je vous livre un court extrait à la page 31 :

"Et Aimée, s'emparant, avec une feinte colère, de la main trop hardie, la serre avec force et enfonce des ongles aigus dans une paume qui se rétracte un peu.

- Vous voyez que je sais faire très mal quand je veux!

Rires étouffés du garçon. Il laisse ses mains tranquillement ouvertes sur ses genoux. Aimée en profite pour reprendre les siennes et ostensiblement, pour bien démontrer leur innocence, elle les pose l'une sur l'autre (...)"

Le temps du pain noir
Le temps du pain noir

Commenter cet article

Yueyin 13/01/2016 07:49

Assez mon genre de livre meme si j'avance avec precaution quand il s'agit de livre sur la seconde guerre mondiale, ou sur les guerre en general d'ailleur :-)

Martine 14/01/2016 08:06

Je comprends. Ces lectures nous emportent loin, très loin...

Philippe D 12/01/2016 20:14

Je ne connais pas l'auteure mais, en général, j'aime ce genre de livres. Maintenant il y en a tellement sur le même sujet que ça risque de me lasser un peu...

Martine 14/01/2016 08:05

C'est ce que je crains à chaque fois mais ce n'est encore jamais arrivé! Heureusement! Merci Philippe

Binchy 12/01/2016 08:51

Il doit être en effet très bien ! Tout comme toi, j'ai déjà pas mal lu sur cette sombre période de notre Histoire.
Je te souhaite une belle journée.
Gros bisous.
Bernadette.

Martine 14/01/2016 08:04

Je sais bien, chère Bernadette. Je te souhaite aussi une belle journée avec l'arrivée de l'hiver!!! Gros bisous