Le secret du docteur Favre

Publié le par Martine

Le secret du docteur Favre

Lu un dimanche après-midi, il y a déjà quelques semaines, je n'avais pas encore pris le temps de vous parler de ce bon roman au goût de terroir paru aux Presses de la Cité dans la fameuse collection des Terres de France : "Le secret du docteur Favre" signé Pierre Petit.

De cet auteur, j'avais déjà lu (et déjà apprécié) "Le rêveur et le brigadier" paru également dans cette même et belle collection des Terres de France. Et le plaisir de lecture a été à nouveau au rendez-vous... même si, bien sûr, le sujet et la trame du roman ne sont pas les mêmes!

Ici, nous sommes en 1931, à Pierpont, un petit village sur les Hauts Plateaux de Haute-Loire (un département pas très loin du mien et où j'aime me rendre). Médecin généraliste installé depuis peu à Pierpont, le docteur Favre est appelé en urgence à la ferme du Jolidou où il découvre avec surprise celle qu'il a aperçue plusieurs fois dans son cabinet mais qu'il n'a jamais reçue ni examinée du fait qu'elle quittait les lieux à chaque fois avant que son tour n'arrive. Bien que très intrigué, le docteur Favre doit écouter avec d'autant plus d'étonnement et d'horreur le récit que la jeune femme, Elise, lui rapporte. Venant tout juste d'accoucher, seule, sans témoin, le chien de la ferme aurait dévoré son nouveau-né! Le docteur ne sait trop comment réagir. Doit-il garder le secret médical et ne rien révéler sur ce qui, à ses yeux, ressemble fort à un infanticide ou doit-il alerter les gendarmes? La situation semble se dénouer d'elle-même quand, quelques jours plus tard, le fils du docteur, en balade avec deux amis, découvre le corps sans vie d'Elise. L'enquête est ouverte...

Et la rumeur s'installe. Car certains, et en particulier certaines, s'étaient rendu compte de l'état d'Elise et s'alarment sur le fait qu'on ne trouve nulle trace de l'enfant sur la jeune femme alors que son corps parle pour elle. Belle et sauvage comme elle était, il est clair qu'elle a "cherché" cette situation. Mais qui peut être le père? Et surtout qui peut avoir commis ce meurtre? Un villageois? Un fermier "respectable", marié et père de famille? Ou ... le docteur que, finalement, personne ou presque ne connait vraiment? Les insinuations vont bon train. Chacun, et surtout chacune, a bien sa petite idée. Mais qu'en est-il vraiment?

Ce roman de Pierre Petit, je l'ai lu très vite. D'une part parce que l'auteur a su créer un bon suspense autour de cette enquête (même si, assez vite, on devine qui est le vrai coupable) et d'autre part parce que Pierre Petit nous plonge dans un univers, une atmosphère, un climat beaucoup plus intéressant et intrigant que l'enquête elle-même.

Les portraits, les caractères de chaque protagoniste sont criants de vérité, à la fois convenus, attendus et pourtant surprenants. Chacun dans son rôle, chacun à sa place, agit et réagit comme on est à même de l'attendre mais aussi avec des motivations qui ne sont pas toujours, ou pas seulement, celles qu'on leur aurait prêté. Et en cela, cette histoire m'a captivée. Si on y ajoute, le talent de conteur, la faconde, bien réelle, sensible et tangible de Pierre Petit, on entre alors dans un roman de belle facture, rempli de descriptions de ces paysages des Hauts Plateaux, à la limite de l'Auvergne, à l'état encore sauvages où la simplicité et la rusticité règnent en maîtres! Pas de faux-semblants! On croit savoir et on le dit, n'hésitant pas à faire ressortir quelque vieille histoire, quelque rancune ancienne pour se faire paraître autre que ce qu'on est vraiment. De quoi penser tromper le lecteur qui le veut bien mais pas l'auteur de ce roman qui, bien qu'inspiré par une histoire vraie (il nous le dit en préambule), nous offre un récit des plus appréciable et savoureux.

Publié dans les

Commenter cet article

Binchy 11/01/2016 09:34

Comme il doit être bien ce roman ! Merci Martine pour cette excellente chronique ! J'avais déjà noté cet ouvrage mais en venant de te lire, tu me donnes envie de le "dévorer" très rapidement !!!
Je te souhaite une agréable semaine et je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Martine 12/01/2016 07:58

Alors vite à table! Et bon appétit, chère Bernadette! Gros bisous

Alex-Mot-à-Mots 10/01/2016 16:53

J'ai travaillé à Dunières et Saint-Didier en Velay. Plus depuis quelques années.

Martine 11/01/2016 08:26

Ah Dunières! Je connais aussi :-)

Alex-Mot-à-Mots 08/01/2016 14:05

La Haute-Loire ? Cela va me rappeler mes premières années de boulot.....

Martine 09/01/2016 09:52

Ah oui? Dans quel coin, Alex? Moi, je connais Yssigeaux, Le Puy et surtout Le Chambon sur Lignon, Tence...