In corpore sano

Publié le par Martine

In corpore sano

Ce mois-ci, pour son challenge italien Il Viaggio, Eimelle nous a invités à nous plonger dans l'Antiquité romaine ou, tout au moins, à lire un roman se déroulant à cette époque. C'est ce que j'ai fait avec ce "In corpore sano" paru aux éditions 10-18 dans la collection Grands Détectives en 2007 et qui m'a permis de découvrir un auteur au grand talent de conteuse: Danila Comastri Montanari.

L'histoire se déroule sous l'Empire romain. Sénateur, sachant bien apprécier la compagnie des jolies femmes et savourer tous les plaisirs que la vie peut lui offrir, le sénateur Publius Aurelius Statius avoue aussi un goût certain pour la justice, la vérité et prend un malin plaisir à résoudre les énigmes qui peuvent se poser sur sa route. Et justement, là, il y en a une et pas des moindres puisque son ami Mordechaï est vivement éprouvé par le décès de sa fille, survenu dans de mystérieuses circonstances au cours d'un avortement tenu secret. Mais certains détails, certaines bizarreries relevées dans le récit que Modechaï lui rapporte intriguent Aurelius et lui font douter sérieusement de la véracité des faits.

Aussi, il ne lui en faut pas plus pour, qu'avec son fidèle esclave affranchi Castor, aussi trouble que rusé, et son amie Pomponia, aussi accorte que maligne, il se mette à fouiner, à farfouiller, à poser des questions ici et là, et notamment dans le quartier juif du Transtevere où a eu lieu le drame et où réside son ami juif Mordechaï, pour essayer d'éclaircir cette vilaine affaire et rendre sa dignité à son ami.

C'est le premier roman que je lis de cette auteur qui semble spécialisée dans cette époque antique et j'avoue que j'ai été très agréablement surprise. Le récit est clair, posé d'emblée, et on sait à quoi s'en tenir. Les personnages sont savoureux, avec des caractères bien trempés mais ô combien sympathiques. Et puis l'époque, l'ambiance, les décors, les situations qui nous montrent que nous n'avons pas beaucoup évolué depuis la nuit des temps. Les moeurs sont certes un peu différentes, selon les apparences. Mais sur le fond tout est identique. Est-ce parce que l'auteur est contemporaine? Je n'en suis pas vraiment convaincue dans la mesure où l'on sent les recherches, les appuis documentaires sur lesquels se fonde le récit. Tout est bien restitué. Et j'ai eu bien souvent l'impression de suivre un péplum, voire même d'entendre à nouveau mon professeur nous conter les aventures de Pline le jeune lors de nos innombrables versions latines!!!

Pour le reste, l'intrigue est bien menée, les suspects suffisamment nombreux pour nous entraîner sur de fausses pistes. On y découvre déjà les rivalités séparant les "bons" chrétiens des "méchants" juifs et contribuant à créer toute une atmosphère de suspicion allégée cependant par les caractères loufoques et bon enfant des personnages principaux qui, par quelques côtés, ne sont pas sans me rappeler un certain commissaire et son inénarrable équipe...

In corpore sano

Commenter cet article

Yueyin 29/12/2015 07:28

J'adore cette serie, je crois bien que je les ai tous lu :-)

Martine 29/12/2015 10:46

C'est donc une série?!!! Merci Laurence! Je vais en lire d'autres alors car j'ai vraiment bien aimé!

eimelle 28/12/2015 16:39

je ne connais pas cet auteur, encore une découverte grâce à ce challenge, merci!

Martine 29/12/2015 10:47

C'est grâce à toi, Eimelle! Tu nous pousses à sortir de nos horizons livresques... Merci pour tout ça!