Plus haut que la mer

Publié le par Martine

Plus haut que la mer

Voici le deuxième roman que m'a mis d'office entre les mains Lise-Marie, libraire aux Passerelles de Vienne (38) le 18 juin dernier lors de l'apéritif littéraire organisé pour fêter le premier anniversaire de la librairie, lorsque je lui ai parlé du mois italien d'Eimelle.

Imaginez une île, une petite île italienne située à proximité de la Sardaigne et de la Sicile, une petite île où se trouve la prison où sont enfermés les criminels et les assassins. Les pires.

C'est sur cette île, en 1979, que se rendent Paolo et Luisa. Ils ne se connaissent pas. Luisa, paysanne et mère de cinq enfants, vient visiter son mari, emprisonné pour deux meurtres. Paolo, lui, c'est son fils qu'il vient voir dans ce lieu à la fois sordide, imposant et encore sauvage par bien des côtés. Son fils, incarcéré pour avoir tué de sang froid plusieurs hommes engagés dans une politique contraire aux idées prolétaires de celui-ci. Un présent bien difficile à supporter, à accepter pour Paolo, ancien professeur de philosophie.

Cette visite, ces quelques mots au parloir auxquels Luisa et Paolo sacrifient, chacun de son côté, à dates régulières, aurait dû être semblable à toutes celles qui l'ont précédée. Mais ce jour-là, la mer est en colère. Le mistral, par sa force incontrôlable, empêche les bateaux de repartir et Luisa et Paolo sont contraints de passer la nuit sur cette île. Et de faire connaissance.

Et de faire aussi la connaissance de Pierfrancesco Nitti, gardien chargé de les surveiller le temps de leur présence sur l'île. Tous les trois vont se dévoiler peu à peu, apprendre à se connaître, se raconter, se reconnaître aussi dans les yeux et dans le coeur de chacun d'eux. Chacun à sa façon. Chacun avec son histoire. Chacun avec ses émotions et sa force, ou ses faiblesses...

La première chose que je veux faire à propos de ce roman, c'est remercier Lise-Marie qui m'a offert sans hésitation cette pépite, ce petit bijou de lecture. Remercier aussi Eimelle, dont l'affection qu'elle porte à l'Italie rejoint la mienne. Remercier enfin le hasard qui, encore une fois, fait bien les choses en faisant coïncider cette magnifique lecture, publiée chez Gallimard, avec la mise en avant sur son auteur, Francesca Melandri, souhaitée par Eimelle.

Vous dire aussi que ce roman ne se raconte pas. Il se vit. Il se ressent par les mots, par le style, par l'écriture de Francesca Melandri. Une écriture à la fois poétique, douce, tendre, et forte. Une écriture qui nous trouble, nous émeut et nous bouleverse.

Ce roman, c'est aussi une leçon d'Histoire. De l'Histoire de l'Italie à la fin des années 1970 début 1980. Par la douleur lancinante dont elle tisse chaque page, chaque chapitre, l'auteur nous fait découvrir la réalité d'un pays loin des images de rêve qu'il véhicule à longueur de temps. Cette réalité, c'est celle des habitants de l'Italie profonde. Et de ces personnages qui subissent un destin qu'ils n'ont pas choisi et qui, par miracle, vont avoir la possibilité de s'en saisir et de le transformer... à condition qu'ils le veulent aussi.

Enfin ce roman, c'est surtout une belle histoire d'amour. Pas simple, bien sûr. Mais belle, vraiment!

Un bijou, vous dis-je!

Plus haut que la mer

Commenter cet article

Deneubourg 09/12/2015 16:39

merci Martine pour cette belle chronique , vous m'avez donné envie de lire ce bijou , en tout cas je suis enchantée d'avoir découvert votre blog , bien amicalement Danièle

Martine 10/12/2015 08:20

Vous m'en voyez ravie, Danièle. Et vous allez passer un très bon moment avec ce roman magnifique. Merci beaucoup pour votre commentaire qui me touche beaucoup. Bien à vous

dasola 25/10/2015 19:56

Bonsoir Martine, Plus haut que la mer m'a beaucoup plu à tout point de vue. http://dasola.canalblog.com/archives/2015/05/16/32044469.html Bonne soirée.

Martine 26/10/2015 13:25

Merci! C'est un plaisir de lecture à partager avec le plus grand nombre! Merci Dasola

Binchy 23/10/2015 15:38

Comme il doit être bien ce livre ! Je me souviens que Lise-Marie nous en a parlé avec beaucoup d'émotion. Je l'ai noté également et avec ton excellente chronique, je sens que je vais le lire très bientôt.
Que de lectures devant moi mais c'est tellement bien ! Merci encore Martine de partager tout cela avec nous. Ton texte est captivant.
Je te souhaite un agréable week-end Martine mais de toute façon, à très bientôt.
Je t'embrasse très très fort.
Bernadette.

Binchy 24/10/2015 16:51

Oh oui Martine ! Merci encore ! Merci pour tout ce que tu m'apportes (nous apporte) à nous tous, lecteurs de ton blog et merci pour ton amitié.
Bernadette.

Martine 24/10/2015 10:41

Ravie et très heureuse que tu lises aussi ce magnifique roman! Merci pour ton partage sur FB, Bernadette! Je t'embrasse très fort!

eimelle 23/10/2015 14:51

un très joli texte!

Martine 24/10/2015 10:40

Merci pour la découverte, Eimelle!

Florence 23/10/2015 13:55

Tu as raison de dire que ce roman ne se raconte pas, mais se ressent ! Une belle écriture poétique. C'est un de mes coups de cœur pour cette année.

Martine 24/10/2015 10:39

Un coup de coeur que je partage amplement, Florence! Merci