Mala vida

Publié le par Martine

Mala vida

Avant de vous inviter à me suivre en Italie à partir de jeudi, c'est en Espagne que je vous propose de partir à la suite de Marc Fernandez et de son premier roman en solo "Mala vida" à paraître aux éditions Préludes.

Alors que la droite, voire même l'extrême droite, vient de remporter les dernières élections espagnoles haut la main face à la gauche socialiste, plusieurs crimes mystérieux sont recensés à Madrid, à Barcelone, à Valence... Des personnes sans liens apparents entre elles : un homme politique ici, un notaire là, un banquier, un médecin, une religieuse ailleurs. Aucune ressemblance ne semble regrouper ces meurtres. Pourtant Diego Martin, journaliste de radio spécialisé dans les faits divers et surtout les affaires criminelles, est bien décidé à en trouver un. D'abord parce que, au milieu de la débandade économique que crée cette formidable vague bleue, les têtes des journalistes tombent (au figuré) les unes après les autres et qu'il devient urgent voire nécessaire de mettre tout en oeuvre pour conserver son poste. Puis parce que, dès qu'il commence à s'intéresser au premier meurtre, Diego se laisse happer par son professionnalisme et que, peu à peu, un fil mince, une piste ténue va se dévoiler et inciter le journaliste à poursuivre son enquête à ses risques et périls. Une enquête ô combien dangereuse qui va lui faire remonter le cours de l'Histoire et mettre à jour un scandale national, le fameux mystère des "bébés volés" débuté sous la dictature franquiste.

D'où le landau d'époque qui illustre la couverture et qui m'a réellement intriguée...

C'est le premier roman de Marc Fernandez que je lis (et pour cause, c'est le premier qu'il signe de son seul nom) et cette histoire m'a passionnée. Tous les ingrédients d'un bon polar s'y retrouvent : son sujet, son actualité, son contexte historique, sa noirceur, le mystère qui entoure ces meurtres que rien ne semble relier, l'enquête conduite comme un reportage journalistique, s'appuyant sur des faits, les recoupant, les assemblant, cherchant à les comprendre par une analyse minutieuse et précise qui ne laisse nulle place au doute et aux imprécisions hasardeuses. Une telle précision que ça en devient mathématique, raisonné à l'extrême. Et à côté de cela, il y a toute l'histoire en elle-même qui se déroule, les pas mesurés, comptés de Diego, son engagement, sa passion pour son métier de journaliste qui resurgit régulièrement, ses craintes, les risques qu'il prend, sa vie qu'il n'hésite pas à mettre au service de cette enquête, sa générosité et sa fausse candeur qui vont lui faire toucher au plus près l'incroyable, l'incompréhensible.

Ce roman se lit d'une traite, montant crescendo dans l'angoisse et la curiosité, malgré tout, malgré nous, plus forte de page en page pour savoir jusqu'où Diego ira-t-il? et comment tout cela finira-t-il?

Mais à cette dernière question, je ne répondrai pas...

Commenter cet article

Mireille 02/11/2015 20:34

Je prends note. J'aime aussi les livres qui ont trait à cette période de l'histoire espagnole.

Martine 03/11/2015 18:17

Bonne lecture alors!!! Merci

Lescrapdeval 28/09/2015 19:50

Un auteur que je ne connais pas du tout mais ton resumé donne envie de se laisser tenter. Je lis le jeu de l'ange de ZAFON, en parrallele avec Des vies en mieux de GAVALDA j'adore!!!!

Martine 29/09/2015 08:10

Alors laisse-toi tenter, Val! Tu ne le regretteras pas... J'a bien aimé aussi ces deux nouvelles d'Anna Gavalda! Bisous, ma belle