Ressources inhumaines

Publié le par Martine

Ressources inhumaines

Premier roman lu dans le cadre de l'initiative "68 premières fois" organisée de main de maître par Charlotte l'insatiable et qui consiste à lire 68 premiers romans publiés en cette rentrée littéraire 2015.

Certes je ne lirai pas tous ces 68 romans, loin s'en faut. Mais j'avoue humblement que celui-ci "Ressources inhumaines" paru chez Albin Michel m'a profondément bouleversée et me laisse encore une sensation de malaise persistante deux jours après l'avoir terminé. Sans doute l'écriture vive, nette, franche et sans fioritures de Frédéric Viguier y est-elle pour beaucoup dans ce ressenti. Sans doute aussi, et même très certainement, mon expérience du monde du travail actuel y joue-t-elle également un rôle essentiel.

Elle, c'est une jeune femme de 22 ans. Elle fait son entrée dans le monde du travail en tant que stagiaire au rayon textile d'un hypermarché. Elle ne sait pas encore qu'elle va y gravir toutes les marches de la promotion professionnelle, jusqu'à y devenir chef de secteur. Elle ne le sait pas mais elle le sent. Elle en a les capacités. Parce qu'elle est ambitieuse, qu'elle n'a pas d'état d'âme, qu'elle veut s'en sortir, arriver, même au détriment de toute relation humaine, amicale ou amoureuse, parce qu'elle est déterminée et que rien ni personne ne peut l'en empêcher, parce qu'elle n'hésite pas à utiliser tous les moyens, toutes les ressources, toutes les possibilités, même si pour cela elle doit marcher sur la tête de ses collègues pour se hisser plus haut, encore plus haut, toujours plus haut dans la hiérarchie professionnelle de cet hypermarché.

Impressionnant, non, cette présentation? Et pourtant je suis encore bien loin de ce que le roman nous révèle. Ce récit est authentiquement glaçant, du genre à nous faire froid, très froid, dans le dos, du genre à nous faire réfléchir aussi, à nous interroger sur le monde professionnel tel qu'il se vit de plus en plus aujourd'hui et tel que nos enfants auront à le vivre. Pas de pitié pour les faibles. C'est la loi de la jungle, du marche ou crève. Soit on est assez déterminé pour parvenir à se blinder face à toute cette inhumanité, soit on n'y arrive pas et on reste sur le carreau mais, ai-je envie de dire, en conservant cette part d'humanité qui nous est nécessaire et essentielle.

Ce roman de Frédéric Viguier se lit d'une traite, avec une construction en "allers-retours", présent-futur, qui nous laisse imaginer peu à peu quelle en sera la fin, l'issue finale, fatale. Et j'ai presque envie de dire "heureusement". Car, malgré tout ce que cette construction littéraire nous laisse envisager, elle nous rassure un peu, quelque part sur "elle". Elle, qui n'est peut-être pas vraiment comme elle veut bien le faire croire, elle à qui il reste un peu de sens humain, elle qui va peut-être l'apprendre à ses dépens, mais elle, toujours, qui paiera le prix qu'elle a instauré elle-même. Le prix de la réussite ou la rançon du succès? Qu'importe après tout, ce prix en sera toujours beaucoup trop élevé, beaucoup trop cher payé.

Je vous invite à aller lire les avis de Sabine, Céline et Anna sur ce roman "Ressources inhumaines" de Frédéric Viguier.

Et je remercie encore Charlotte pour cette lecture édifiante et tout ce projet "68 premières fois" qu'elle porte à bout de bras.

Ressources inhumaines
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anita 29/08/2015 17:56

Oui, cela fait réfléchir et donne un peu froid dans le dos. Mais c'est vraiment un bon premier roman !

Martine 30/08/2015 11:50

Entièrement d'accord, Anita! Merci et bon dimanche!

Alex-Mot-à-Mots 23/08/2015 20:06

Rien que le titre fait frissonner.

Martine 24/08/2015 16:52

En effet...

Binchy 22/08/2015 22:47

Cet ouvrage m'intéresse fortement... Une excellente chronique Martine ! Certes, un ouvrage qui ne doit pas se lire pour se détendre... Le monde du travail... Oh là là !!! ... A méditer...!!!
Je te souhaite un agréable dimanche Martine et je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Martine 23/08/2015 14:23

J'espère que tu le liras! Oui, il est difficile mais réaliste. Bon dimanche, Bernadette, et gros bisous

Noukette 22/08/2015 15:41

J'espère qu'il passera entre mes mains !

Martine 23/08/2015 14:22

Je te le souhaite! Bon dimanche!

Pahi 21/08/2015 18:43

Cet ouvrage m'intéresse vraiment beaucoup, mais il me reste juste à trouver le courage pour "revivre" le vécu...
P.S. je viens de réceptionner "Les livres prennent soin de nous" et je crois qu'il va beaucoup me plaire :)
Gros bisous, chère Martine, et bon week-end à toi.

Martine 22/08/2015 12:32

C'est exactement ça, ma chère Denise. Mais ce roman a une telle justesse!... Je te souhaite une agréable lecture du Régine Detambel. Tu me diras ce que tu en as pensé? Merci et gros bisous. Bon week-end aussi!