Double assassinat dans la rue Morgue

Publié le par Martine

Double assassinat dans la rue Morgue

Je ris toute seule devant mon écran en écrivant le titre de ce billet tellement il me fait penser à une de ces manchettes que criaient les vendeurs de journaux à la volée il y a encore quelques décennies. Pourtant, ici, il s'agit simplement du titre du petit recueil de deux nouvelles d'Edgar Allan Poe (l'autre étant "La lettre volée", moins percutant, il faut bien le reconnaître!) que ma fille Aurore m'a mis entre les mains après que j'ai assisté avec grand bonheur à la conférence sur les débuts du polar au 19e siècle organisée par l'association 813 à Lyon et animée brillamment par Jérôme Serme en juin dernier.

Ces deux nouvelles se déroulent à Paris dans les années 1840. Le narrateur lit les gros titres de La Gazette des tribunaux en présence de son ami Charles Auguste Dupin qui, trouvant que la police met du temps à résoudre l'enquête d'un mystérieux double assassinat, décide de prendre les choses en mains jusqu'à s'attirer les félicitations du Préfet de Police.

Cette brillante résolution va d'ailleurs conduire le Préfet à faire de nouveau appel à Dupin lorsqu'une lettre de la plus haute importance va être dérobée dans les appartements du roi.

Là encore ces deux nouvelles se lisent très vite. Mais ce qui les distingue, c'est leur côté un peu désuet, le charme d'une vie passée et disparue qu'elles dévoilent, la connaissance d'un Paris oublié qu'elles nous font découvrir. Des noms de rue inconnus, des dialogues courtois prononcés avec une extrême courtoisie qui n'a plus cours aujourd'hui, des raisonnements explicités en détails pour mieux aider le lecteur à se sentir partie prenante de l'enquête.

Et surtout un personnage, Dupin, qui ressemble à s'y méprendre au futur Arsène Lupin et même faisant preuve d'un humour (noir) que n'aurait pas renié Hercule Poirot!

Un très bon moment de lecture pour une belle nuit d'été.

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 26/07/2015 11:46

Un roman policier qui m'avait marqué.

Martine 26/07/2015 12:08

J'imagine bien. Bon dimanche, Alex!

Philippe D 24/07/2015 20:30

Je ne connais pas mais je trouve la couverture affreuse!
Bon weekend.

Martine 25/07/2015 10:19

Certes. Mais c'est le texte qui compte et en l'occurrence ces deux nouvelles sont très bien! Bon week-end aussi!