Comment Thomas Leclerc 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu Tom l'Eclair et a sauvé le monde

Publié le par Martine

Comment Thomas Leclerc 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu Tom l'Eclair et a sauvé le monde

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Paul Vacca possède l'art et la manière de nous appâter avec ses titres attirants, sympathiques et mystérieux. Après le très beau "La petite cloche au son grêle" qui, déjà, m'avait tiré quelques larmes, il revient m'émouvoir avec l'histoire de ce petit garçon, Thomas Leclerc, 10 ans 3 mois et 4 jours (une précision de haute importance) qui va vivre une surprenante aventure.

Paru chez Belfond début avril, ce roman nous met donc en présence de Thomas, surnommé affectueusement Tom, par sa mère et ses proches, qui vit dans un petit pavillon de banlieue entouré des supers héros dont il s'émerveille à découvrir les aventures.

Tout cela pourrait être bien ordinaire sauf que...

... nous sommes à la fin des années 1960, que les parents de Thomas ne s'entendent plus et se supportent de moins en moins, ce qui perturbe d'autant le garçonnet, et que, pour couronner le tout, Thomas se sent un peu isolé dans sa ville de banlieue où il n'a pas vraiment d'amis. Et qu'il aimerait vraiment que tout cela change!

Alors nous voilà partis pour un récit improbable, où l'innocence de l'enfance le dispute à la réalité de la vie, où les mots ont bien du mal à dire les maux, les vrais, ceux qui font mal et qu'on ne voudrait pas entendre, pas connaître. A l'image de cette maman qui dévoile une souffrance double, de mère et d'épouse.

Car ce que l'on devine peu à peu, ce que l'on comprend, ce que Paul Vacca nous souffle, c'est que Thomas n'est pas tout à fait un enfant comme les autres. Il vit dans son monde à lui,dans l'univers qu'il s'est créé ou qui est le sien depuis sa naissance. On ne sait pas trop, pas vraiment... Et le rêve un peu fou que Thomas va s'ingénier à réaliser prend alors toute son importance, son rôle en devient nécessaire, essentiel. Il s'agit presque d'une question de survie et on veut y croire avec lui!

Encore une fois, Paul Vacca réussit à nous toucher avec une situation, une histoire qui, si elle se déroulait aujourd'hui, en deviendrait presque banale, à la limite risible. Mais il faut bien se remettre dans le contexte, à cette période de transition, de bouleversement amorcé, juste après mai 1968, où la révolution culturelle et l'esprit de liberté n'avaient pas encore vraiment atteint les villes de moindre importance.

Dans ce quartier pavillonnaire, on est encore loin de tout ça. Et l'innocence, la candeur presque de Thomas nous émeut d'autant. Petit Tom a des rêves. Petit Tom sent bien que quelque chose ne va pas, n'est pas "normal" dans sa vie. Petit Tom voudrait changer tout ça.

Et il y a cette femme, cette mère, dont le couple bat de l'aile, un peu en raison de l'état de Thomas, il faut bien le dire même s'il n'en est pas la cause principale et heureusement! cette mère qui voit bien que son fils n'est pas "comme les autres" et qui se heurte à l'incompréhension et l'impuissance des médecins et des psychologues parce qu'on en sait encore trop peu sur cette affection, l'autisme.

Avec une écriture fluide et très agréable, Paul Vacca nous livre tout ceci et bien plus encore. L'innocence de l'enfance certes s'y retrouve admirablement, la tendresse aussi, l'authenticité également. Mais il y a un peu plus que cela encore, une limpidité, une évidence, et un espoir, un peu fou peut-être, mais un besoin d'espérer dont on a tellement besoin. Et même encore aujourd'hui! Et même peut-être plus encore aujourd'hui...

Commenter cet article