Fantasmes et miroirs

Publié le par Martine

Fantasmes et miroirs

Bon, avec un titre pareil, vous devez bien penser qu'aujourd'hui il n'y a pas de "Mardi sur son 31" chez Sophie pour moi mais plutôt un "Premier mardi, c'est permis" avec Stéphie.

Et pour cause!

Stéphie fait partie des six auteurs qui ont écrit chacun une nouvelle pour ce recueil "Fantasmes et miroirs" paru aux éditions du 38 dans la collection Paulette.

Aux côtés de Stéphie, Fleur Deschamps (j'aime vraiment beaucoup ce pseudo!), ChocolatCannelle, Isabelle Lorédan, Jerk et Miss Kat s'essaient aussi avec beaucoup de talent et de réussite à ce genre délicat qu'est la nouvelle érotique de qualité.

Car c'est bien de ce qu'il s'agit ici. Aucune vulgarité, aucune facilité, aucune complaisance dans ces nouvelles qui traitent quand même de fantasmes assouvis ou en passe de l'être, mais au contraire une écriture sobre, vraie et franche qui appelle bien un chat un chat et juste un chat, sans guimauve autour, ni dureté, ni bestialité.

Des fantasmes, il y en a six, autant que de miroirs, autant que de nouvelles. Pourtant tous sont différents, même si tous ont en commun le même sujet. C'est l'objet du recueil, ne l'oublions pas!

Chaque nouvelliste aborde ce sujet avec une histoire personnelle.

Pour Fleur Deschamps, c'est Madame qui se mire et s'admire en pleine action dans le reflet que lui renvoie son miroir. Avant que d'offrir cette perspective à son amant.

Pour Stéphie, le miroir, bien qu'objet central à l'intrigue, se fait voler la vedette par la chute de la nouvelle, aussi surprenante qu'inattendue. Révélant ainsi une parfaite maîtrise de cette littérature.

Pour ChocolatCannelle, la gémellité se révèle doublement soporifique. On est alors très loin du double effet Kiss Cool! Là aussi belle maîtrise de l'art de la chute! A apprécier...

Pour Isabelle Loridan, vouloir être la plus belle et ne reculer devant rien pour y arriver se révèle assez chaotique. Mais être enfin la reine de la nuit sous une multitude de miroirs vaut bien quelques déconvenues.

Pour Jerk (seul auteur masculin du recueil), le miroir en question est sans tain. Rien de tel alors pour voir en toute impunité sans risquer d'être vu.

Et pour Miss Kat, la différence entre les filles bien et celles qui savent qu'elles ne le sont pas va faire toute la différence justement. Mais jusqu'à quel point peut-on accepter de ne pas être une fille bien?

De belles écritures, du style, du rythme, de l'authenticité, et je le redis, de la qualité littéraire, c'est ce que j'ai trouvé en lisant ce recueil et j'en suis ravie. D'autant que ce recueil fait partie d'une trilogie et qu'après une si belle découverte, j'ai très envie de lire les deux autres recueils.

Comme quoi...

Commenter cet article

Laure Micmelo 06/05/2015 08:12

Ce titre de livre, je l'ai bien en tête, pas de mauvaise surprise, bien au contraire ;-)

Martine 07/05/2015 08:08

Non, que de bonnes surprises! :-)

Noukette 06/05/2015 00:34

Une conquise de plus ! C'est mon recueil préféré des trois, je suis bien d'accord avec toi, de la qualité dans ces nouvelles ! ;-)

Martine 07/05/2015 08:07

Bien d'accord, Oui! :-)

Stephie 05/05/2015 18:44

Merci beaucoup, vraiment ! :)

Martine 07/05/2015 08:07

:-)