Un hiver à Paris

Publié le par Martine

Un hiver à Paris

Pour rester dans le monde de l'enseignement, et parce que rien que le titre de ce roman de Jean-Philippe Blondel me plait beaucoup et aussi parce que j'ai une petite histoire avec lui (le roman hein?!!!!), je vous parle aujourd'hui de "Un hiver à Paris" paru chez Buchet-Chastel.

J'ai découvert les romans de Jean-Philippe Blondel en surfant sur les blogs littéraires et sur Facebook et j'ai lu il y a quelques semaines "06h41" emprunté à la médiathèque annexe du Plan. Et j'ai aimé!

Aussi quand j'ai appris que Jean-Philippe Blondel serait invité à La grande librairie le 29 janvier sur France 5, je l'ai écouté me parler de cet "hiver" et j'en ai été très émue. A tel point que, sur une boutade, j'ai dit que, le lendemain étant la Saint-Martine, ce serait très gentil si... Alors je ne vous dis pas ma surprise quand j'ai découvert le livre sur mon oreiller en montant me coucher le vendredi soir. Ma famille est formidable, n'est-ce pas?!! Du coup aussitôt reçu, aussitôt lu!

Tout commence quand Victor, enseignant, écrivain, marié, père de famille, reçoit une lettre d'un homme âgé qu'il a connu lorsqu'il était étudiant à Paris. Cette lettre le bouleverse et réveille de suite ses souvenirs.

Cette année-là, cet hiver-là plutôt, Victor était en deuxième année de classe préparatoire à Paris. Jeune provincial, il se sent exclu, rejeté par ses camarades étudiants, tous issus de familles aisées de la capitale alors que lui loue un minuscule studio à Nanterre. C'est la même marque de cigarettes qui va cependant le rapprocher de Mathieu, lui en première année, également provincial et qui, tout comme Victor ressent les mêmes impressions de mise à l'écart. Il faut dire aussi que les places sont chères pour être admis en deuxième année, que la compétition est rude pour atteindre le concours d'entrée aux hautes études littéraires. Alors Victor et Mathieu se rapprochent et sympathisent un peu. Mais un jour en plein cours, une porte claque sur les mots lancés à son professeur par Mathieu juste avant de se jeter dans le vide du deuxième étage. Deux jours seulement avant l'anniversaire de Victor qui souhaitait l'inviter à partager un petit moment festif à cette occasion.

Alors que les secours arrivent et concluent à la mort de Mathieu. Tout l'établissement reste sous le choc malgré les efforts des professeurs pour faire comme si rien ne s'était passé. Rendus sur place, les parents de Mathieu en instance de divorce essaient de comprendre cet acte d'une violence inouïe et le père du jeune homme se rapproche fatalement de Victor, présenté par tous comme le seul ami de son fils. Une relation s'installe entre les deux hommes. Une relation jugée malsaine par la mère de Mathieu et cela d'autant plus que Victor semble soudain être le jeune homme à fréquenter, celui qui était l'ami de la victime et que cette situation parait lui plaire... dangereusement.

J'ai aimé cette lecture émouvante, bouleversante, cette écriture confidence, ces souvenirs doux amers évoqués avec une grande pudeur et une sensibilité à fleur de mots. Avec ce roman, j'ai découvert l'univers impitoyable des grandes écoles et la notion de caste renforcée à son maximum. Un état de fait que mes enfants ont évoqué quelquefois mais dont je n'avais pas pris autant conscience. Une situation qui fait peur quelque part et qui reflète les grandes lignes de notre société actuelle.

J'ai aimé les descriptions psychologiques, la retenue qui s'affiche d'emblée entre le père de Mathieu et Victor, le désir de Victor d'être quelqu'un même au détriment de la mort d'un camarade. J'ai aimé aussi la reconnaissance qu'il offre enfin à ses parents après les avoir quasiment rejetés pour leur "provincialité".

Une lecture coup de poing qui m'a sincèrement marquée!

Commenter cet article

choupynette 18/02/2015 17:42

j'avais déjà envie de le lire celui-là, tu confirmes!! J'avais beaucup aimé 6h41 et Accès direct à la plage.

Martine 19/02/2015 10:21

J'espère bien que tu le liras! Tu me diras ton ressenti! Merci! et bonne journée!

Jules se livre 13/02/2015 13:44

Je crois ne jamais avoir lu Blondel! Ce serait un bon départ je crois...

Martine 14/02/2015 10:10

Je crois aussi! On en reparle bientôt?!!!

Moka 13/02/2015 12:37

Offert par mon amoureux la semaine dernière. Hâte de le lire. Ce sera mon premier Blondel.

Martine 14/02/2015 10:10

Je pense que tu vas l'aimer aussi! Hâte de lire ta chronique!

Binchy 13/02/2015 11:12

J'imagine que ce livre doit être bien et ta chronique ne peut que nous donner envie de le lire. Cet ouvrage est dans la sélection (tables des libraires) à la Librairie Passerelles de Vienne.
Je te souhaite un agréable vendredi 13 Martine et une très bonne Saint-Valentin demain.
Je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Martine 14/02/2015 10:09

Merci beaucoup, Bernadette! Bon week-end et gros bisous!
Et bonne Saint-Valentin!