Plage

Publié le par Martine

Plage

C'est avec ce très beau roman de Marie Sizun, paru aux éditions Arléa, que j'ai terminé l'année 2014. Emprunté à la bibliothèque annexe du Plan dans cette première édition, ce roman a été publié une nouvelle fois en poche en 2011.

En cette dernière semaine de juillet, Anne, bibliothécaire parisienne de 35 ans, célibataire, déjà cataloguée "vieille fille" par sa mère, vient d'arriver dans une petite station de la côte bretonne. Une station de vacances, délaissée par les touristes au profit d'autres plus renommées, une station où on ne trouve qu'une boulangerie qui fait aussi office de bazard, une station quasi anonyme où on est sûr de ne pas être dérangé. Une station où la seule activité possible est de se rendre à la plage.

Une station bien choisie finalement par François, l'amant d'Anne, qui doit la rejoindre à la fin de la semaine.

Alors, pour patienter, Anne, installée dans le seul "Hôtel de la Plage" de la petite ville, se rend tous les jours à la plage. Là, elle contemple ses voisins proches, ou un peu plus éloignés, familles avec enfants, colonies de vacances, personnes âgées, seules comme elle ou allant par deux... A partir des bribes de leurs conversations entendues ici et là, Anne leur construit une histoire, imagine leur vie. Et puis Anne se souvient aussi de sa rencontre avec François, de ces derniers mois remplis de leur amour et de leurs émois partagés et cachés. Car François est marié.

Dans les pensées d'Anne, une grande place est réservée également à son père, décédé. Un père qu'elle idolâtrait malgré (ou à cause de) ses frasques extraconjugales justement. Déjà. Et sa mère, sa difficile relation avec sa mère avec qui aucune complicité affective n'a pu se créer, bien au contraire!

Les jours de cette semaine passent ainsi, longs, monotones, un peu tristes, nostalgiques. La seule gaîté provenant de la rencontre d'Anne avec Claire, jeune maman de deux enfants, fraîchement divorcée, qui a loué une maison tout près pour un mois pour permettre à ses enfants de s'habituer à leur nouvelle situation familiale. Claire qui, coïncidence étonnante, connait aussi François... Mais ce dernier viendra-t-il comme il l'a promis?!!

Bien sûr j'ai aimé cette lecture, la façon de Marie Sizun d'égrener les jours de la semaine, l'un après l'autre, du matin jusqu'au soir, avec tous les petits faits et gestes d'Anne en fil conducteur. J'ai aimé ce récit intime et intimiste à la fois, empreint d'une grande pudeur et pourtant révélateur d'une situation un peu bancale. Car François, l'homme que la jeune femme attend avec impatience, avec ferveur, est marié. On comprend très vite que tout ce qu'il lui a dit sur son mariage, son épouse Marie-Jeanne, dépressive, est cousu de fil blanc. Mais l'amour qu'elle lui porte, ou croit lui porter, est beaucoup trop fort. Il l'aveugle. Et nous, lecteurs, on ne peut que se prendre d'affection pour Anne, à l'image de Claire, on ne peut que la comprendre et espérer avec elle, pour elle, que tout va bien se passer malgré les évènements (et non évènements) successifs qui nous montrent bien le contraire.

J'ai aimé l'imagination poétique dont fait preuve Anne, ses espoirs, ses attentes, ses petits bonheurs, ses déceptions, ses chagrins enfouis ou à venir.

J'ai aimé ce roman de Marie Sizun et j'aimé passer ce dernier jour de 2014 avec cette si douce lecture.

Commenter cet article

Marie Sizun 22/01/2015 11:39

Merci, Martine, pour cette lecture si spontanée, si vivante et personnelle de mon roman. Quel bonheur de voir nos livres continuer à vivre ainsi : je suis tout occupée du dernier, " La Maison-Guerre", paru il y a quinze jours, et voilà que "Plage" revient me faire signe, et cela m'émeut.
A vous, en toute sympathie,
Marie S.

Martine 23/01/2015 08:17

C'est moi qui suis émue de lire ce commentaire ce matin. Merci Marie!
"La Maison-Guerre", dites-vous? Je vais le chercher pour le plaisir de vous lire encore!
Merci d'écrire si bien

Alex-Mot-à-Mots 06/01/2015 12:27

Depuis le temps que je veux le lire...... Tu me le remets en mémoire.

Martine 07/01/2015 14:52

Super! Bonne lecture, Alex!

LeSCRAPdeVal 04/01/2015 16:21

Hum, voilà qui donne des envies de lecture.il va d"abird que je vienne à bout des quelques 2500 pages du Goût du bonheur de Marie LABERGE.
.. De la belle ouvrage comme on aime.bisous et excellente année de lecture.

Martine 05/01/2015 19:26

Merci ma chère Val! 2500 pages?!!! J'en reste sans voix!! :)

Pahi 04/01/2015 14:50

Un sujet hautement sensible, mais qui me semble décrit, selon ta critique, de manière très réaliste...
Gros bisous, chère Martine, d'un coin de France où de beaux rayons de soleil cherchent à prendre le dessus sur de gros nuages menaçants ;-)

Martine 04/01/2015 16:14

Ne cherche pas le soleil, il est plus bas! Chez moi!!! Oui, une superbe lecture qui dit les choses de manière franche et très réaliste! Bonne soirée, ma douce amie! Je t'embrasse bien fort

Binchy 04/01/2015 13:21

Tu vas me faire craquer pour ce roman encore Martine... Je note.
Je te souhaite un très bon dimanche après-midi, bonne lecture encore et encore.
Je t'embrasse très fort.
Bernadette.
P.S. : Je te fais encore un petit coucou sur mon petit univers où je partage, tout comme toi, uniquement ce que j'aime...

Martine 04/01/2015 16:13

Je vais voir ça de suite! Merci beaucoup, Bernadette! Bonne lecture! Bonne fin de dimanche et gros bisous!