J'ai décidé

Publié le par Martine

J'ai décidé

N'ayez pas peur, je ne viens pas vous énumérer mes nombreuses résolutions prises pour la nouvelle année, résolutions que je ne tiens jamais du reste!

Non, mon titre pour ce 2 janvier est tout simplement celui du roman d'Isabelle Rossignol, paru chez Flammarion dans la collection Tribal, que j'ai emprunté mardi après-midi à ma médiathèque La Passerelle et que j'ai lu le soir du réveillon.

Cynthia est une jeune fille de 17 ans, lycéenne qui double sa classe de seconde, qui vit dans une HLM de La Courneuve entre son père, routier, et sa mère, femme de ménage dans une maison de retraite. Cynthia a une copine d'enfance, noire, très croyante, Lulu, qui habite dans l'appartement en face du sien. Et Cynthia a peur. Une peur qui l'empêche de dormir, qui l'oppresse, qui occupe toutes ses pensées à tel point qu'elle n'écoute plus les cours et, au grand dam de sa prof de français, risque de compromettre définitivement son avenir!

Mais justement, son avenir, c'est tout ce qui préoccupe Cynthia. Un avenir qui semble d'autant plus sombre et irréel que la jeune fille craint d'être enceinte et, qui plus est, du fils du patron de son père qu'elle n'a vu qu'une fois et dont elle n'a plus aucune nouvelle!

Par chance, ou pas, Cynthia peut compter sur la présence à ses côtés de Lulu, de Fatima, sa camarade de classe qui n'aspire qu'à voir "plus grand" et, contre toute attente, de sa prof de français, Christine Laugier. Car Cynthia va avoir une décision à prendre, une décision grave qui va déterminer de façon définitive son avenir, une décision qui va finalement l'aider à grandir et se sentir beaucoup moins nulle que ce qu'elle se trouvait. Mais que c'est dur de décider.

S'il nous parle de jeunesse perdue, désorientée, de grossesse non désirée, d'avortement, ce roman d'Isabelle Rossignol nous parle aussi d'espoir, d'envie, de joie de vivre. J'ai aimé la photo de cette jeune fille dans le noir avec juste cette lumière qui arrive sur le côté sur la couverture de ce roman. C'est ce qui m'a décidé à l'emprunter, décision renforcée par le court résumé de la quatrième.

Destiné d'abord aux lecteurs adolescents, ce roman nous permet aussi de nous confronter à ces situations délicates face auxquelles des jeunes filles, encore aujourd'hui, peuvent se trouver confrontées. Et ce malgré les nombreuses campagnes d'information qui circulent sur la contraception, l'utilisation du préservatif... Sans en avoir l'air, avec délicatesse et par la voix de la prof de français, Isabelle Rossignol évoque le combat de Simone de Beauvoir, illustré par son oeuvre "Le deuxième sexe" et qui a conduit à la loi pour l'avortement défendue par Simone Veil. Sur le même ton, elle rappelle le rôle et les missions des plannings familiaux, l'existence d'associations au service des jeunes filles et femmes des cités. Et nous impose d'écouter Cynthia et d'accepter sa décision, quelle qu'elle soit.

Un roman fort et émouvant pour parler des choses de la vie, autres et autrement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pahi 03/01/2015 15:22

Coucou Martine,
Et voilà ... tu continues à nous gâter en nous proposant de belles lectures :)
Cynthia a le même âge que l'aînée de mes petits-enfants... J'aimerais tant pouvoir lire dans sa tête ; leur montrer qu'on les aime, à défaut de pouvoir les aider...
Gros bisous, mon amie, et passe un bon dimanche.

Martine 04/01/2015 16:04

Ce livre peut aussi t'y aider, ma chère Denise! Mais c'est tellement difficile! Le monde évolue trop vite! Gros bisous aussi et bon dimanche!

Philippe D 02/01/2015 21:59

Inconnu pour moi.
Je passe te souhaiter une très bonne année 2015 remplie de petits bonheurs à collectionner.

Martine 03/01/2015 12:16

Merci Philippe! Bon week-end!

Binchy 02/01/2015 18:54

Un roman à lire en effet... que d'émotions encore en te lisant Martine... Un livre qui doit faire réfléchir...
Je te souhaite une douce soirée et je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Martine 03/01/2015 12:16

Oui, c'est vrai, un livre qui pose de très bonnes questions. Merci Bernadette! Gros bisous et bon week-end!