La femme éclaboussée

Publié le par Martine

La femme éclaboussée

Je viens de lire ce roman de Dominique Dyens dans sa première édition parue chez Denoël et empruntée à la bibliothèque annexe de Fontbarlettes juste avant le début de mes vacances actuelles. En faisant quelques recherches, j'ai découvert qu'il est aussi paru au Livre de Poche et qu'il vient d'être réédité chez Héloïse d'Ormesson.

Voilà, ça, c'était pour la petite mise au point.

Maintenant, le roman en lui-même que j'ai dévoré en moins de 24 heures le week-end avant Noël.

Tout commence un peu comme dans "Spirales" de Tatiana de Rosnay mais, très vite, Dominique Dyens donne un ton tout particulier à cette "Femme éclaboussée" pour qui on ne peut s'empêcher finalement d'avoir la plus grande tendresse. Catherine Salernes est une belle femme, blonde, la quarantaine, mariée à un richissime banquier, mère de deux grands enfants et gérante d'une boutique de décoration que lui a offert son époux à Paris, à la suite d'une grave dépression. Une vie de rêve, sans aucun souci particulier, réglée comme du papier à musique entre le dépôt de sa recette quotidienne à sa banque tous les matins, la gestion de sa petite boutique et celle du studio acheté pour sa fille et que le couple Salernes loue à des étudiantes en attendant que celle-ci en dispose enfin.

Mais dans cette vie si bien réglée, Catherine s'ennuie. Jusqu'au jour où elle loue le fameux studio à un jeune professeur. Très vite leur attirance réciproque les entraîne l'un vers l'autre et le studio devient le lieu adéquat pour accueillir leurs ébats amoureux.

Cette banale histoire d'adultère va prendre un tour catastrophique lorsque le petit caissier insignifiant de la banque de Catherine découvre la liaison de cette cliente qu'il juge pure et irréprochable. Jaloux, ce dernier n'hésite alors pas à exercer un vil chantage sur la belle Catherine, risquant de faire voler en éclat le fragile équilibre que celle-ci tente de conserver à sa vie de famille. Mais cette situation va-t-elle pouvoir durer? Et quel en sera le prix à payer?

Avec une maîtrise de haut vol, Dominique Dyens nous ouvre les portes d'un monde huppé, snob et ô combien dédaigneux dans lequel Catherine, qui y est entrée un peu par hasard, par le seul fait de tomber amoureuse et d'épouser son banquier de mari, nous apparaît dans toute sa simplicité et sa fragilité. La deuxième partie du roman nous en fait prendre d'autant plus conscience que cette femme au dessus de tout soupçon perd pied et s'enfonce dans un trou dont elle ne semble jamais pouvoir toucher le fond.

Dans une atmosphère un peu à la Claude Chabrol, Dominique Dyens nous offre une lecture passionnante, troublante, et empreinte d'un indéfinissable charme au léger parfum d'interdit.

Un roman aux douces couleurs oscillant entre rose sucré et gris sombre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article