La femme aux fleurs de papier

Publié le par Martine

La femme aux fleurs de papier

De Donato Carrisi, je connaissais les talents de maître du suspens notamment durement éprouvés dans "Le Chuchoteur" et "Le Tribunal des âmes", deux romans également parus aux éditions Calmann-Lévy.

Aussi je m'attendais à entrer à nouveau dans une histoire terrible, abominable, terrifiante, jouant avec mes nerfs avec ce dernier opus "La Femme aux fleurs de papier". Mais non! Absolument pas! Rien de pareil!

Je peux vous assurer que la surprise a été totale. Certes notre attention de lecteur est bien vite retenue ici encore, bien vite captivée même. Mais pas par une enquête à résoudre ou un crime à expliquer. Non. Ici l'histoire est autre et s'incruste dans l'Histoire tout en nous offrant une douceur surprenante, une tranquillité apaisante et une poésie des plus inattendue et d'autant plus appréciable et appréciée.

Dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, le Titanic heurte un iceberg et sombre, entraînant avec plus plus d'un millier de morts et entrant ainsi dans la légende. Tandis que tous les passagers essaient de sauver leur peau, un seul reste tranquillement sur le pont, en smoking, fumant un cigare et attendant tranquillement sa mort. Cet homme, c'est Otto Feüerstein, homme d'affaires voyageant seul. De nombreux rescapés l'identifient comme tel. Pourtant aucun ne sut que cet homme était décédé chez lui à Dresde juste avant que le Titanic n'embarque.

Quatre ans plus tard, jour pour jour, c'est dans l'horreur des tranchées du mont Fumo que l'auteur Donato Carrisi nous plonge. Un soldat italien vient d'être fait prisonnier et doit être fusillé dès l'aube suivante sauf s'il révèle son nom et son grade dans l'armée au médecin autrichien Jacob Roumann. Mais au lieu de répondre simplement à ces deux questions, le soldat en pose trois autres au médecin "Qui suis-je?", "Qui est Guzman?" et "Qui était l'homme qui fumait sur le Titanic?"

Plus qu'intrigué, le médecin n'a d'autre possibilité que d'écouter le long monologue, récit du soldat et de l'accompagner dans cet échange pour le moins surprenant et inattendu.

Et c'est là que Donato Carrisi démontre tout son art du suspense, sa façon unique de ménager ses effets, de nous faire voyager à travers des descriptions somptueuses et pittoresques, de nous présenter cette fameuse "Femme aux fleurs de papier" là où on ne l'attend pas, d'une manière totalement anecdotique et pourtant bien ancrée dans cette histoire, de façon à ce qu'il nous soit complètement impossible de ne pas la reconnaître tout en ne pouvant pas l'identifier vraiment avec certitude.

Un roman passionnant, qui nous tient, qui nous emporte loin, bien loin et une énigme résolue ... ou pas, selon que l'on y croit ... ou pas!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stephie 17/11/2014 08:53

Tu peux me croire, je vais le lire :)

Stephie 19/11/2014 09:34

Je pense pouvoir le recevoir de l'éditeur. Sinon, je te tiens au courant :)

Martine 18/11/2014 08:02

Je te crois, Stéphie! :) Tu veux que je te l'envoie? Bises