Barbarie 2.0

Publié le par Martine

Barbarie 2.0

Rien que le titre du roman dont je vais vous entretenir aujourd'hui fait frémir. "Barbarie 2.0" est le dernier opus d'Andrea H. Japp paru chez Flammarion.

Andrea H. Japp est un auteur que j'ai plaisir à suivre depuis plusieurs années. Certes je n'ai pas lu tous ses romans mais tous ceux que j'ai eu l'occasion de lire m'ont confirmée dans l'idée qu'elle fait partie des très bons auteurs de thrillers quelle que soit l'époque dans laquelle elle situe ses histoires.

Ici, en l'occurrence, le récit s'étale sur une période courte de six mois, entre juillet 2013 et janvier 2014, mais si le temps réel est plutôt restreint, l'histoire, elle, nous semble durer bien plus longtemps tellement l'auteur s'amuse à en varier les rythmes, jouant avec nos nerfs et nos émotions, étrennant un savant mélange de faits ayant réellement existés sur lesquels elle prend appui pour mieux en étayer sa fiction. A tel point d'ailleurs qu'on en arrive à s'y perdre un peu, ne sachant plus vraiment si on est bien toujours dans l'imagination débordante d'Andrea H. Japp ou si tout ce qu'elle nous offre en pâture est bien l'effet d'une certaine réalité.

Du roman, je vous dirai simplement qu'il se déroule un peu à travers l'ensemble du monde, en France, en Belgique, mais aussi aux Etats-Unis et au Canada. Partout des actes criminels sont recensés. Des meurtres atroces sont perpétrés sans que l'on puisse savoir et comprendre pourquoi. Mais quand Thomas Delebarre, avocat général en retraite, est retrouvé sauvagement assassiné chez lui à Mougins et que son frère aîné Charles et sa nièce exigent que vérité soit faite sur ce crime odieux, alors la police fait enfin appel à Yann Lemadec, psychologue chimiste et analyste pour le compte du Ministère de l'Intérieur. Commence ainsi une longue, patiente et douloureuse mise en lumière de situations et d'évènements horribles et parfois insoutenables, allégés cependant par la relation qui s'installe entre Yann et Lucy Dormois, analyste informaticienne à qui il a demandé de l'aide pour mener à bien cette enquête et par les échanges de haut vol, via Internet, entre Artémis, française, et Apollo, canadien, qui nous font découvrir un envers du décor bien effrayant.

Bien que peu réceptive de prime abord à cette lecture, je me suis de suite laissée imprégner par l'atmosphère de mystère et d'angoisse dans laquelle Andrea H. Japp nous entraîne. Penser, se dire que, là, tout près de nous, à notre époque, de telles perspectives existent et constituent une réalité, terrible réalité, a de quoi nous faire frémir et nous impressionner. L'art de l'auteur est de nous y immerger suffisamment en nous laissant toutefois une porte ouverte sur l'espoir, comme pour nous éviter de sombrer tout à fait et nous laisser croire encore en une quelconque humanité.

Comme nous sommes mardi, je vous en propose un petit extrait à la page 31, pour Sophie et pour vous:

"Concernant la récidive sexuelle, les statistiques sont bien sûr biaisées. Elle serait de 2,7 % en France, si l'on en croit le chiffre officiel, fondé sur notre conception juridique du viol et de la récidive qui arrange tout le monde. A ceci près qu'on ne prend pas en compte les auteurs condamnés pour la première fois avant 1984, que la plupart des viols déclarés sont requalifiés en "agressions sexuelles" et qu'on exclut l'ensemble des violences sexuelles autres que les viols."

Barbarie 2.0

Commenter cet article

Samlor 12/11/2014 12:57

Comme tu donnes envie! Merci ;)

Martine 13/11/2014 11:46

J'essaie! Merci! Bonne journée!

Philippe D 11/11/2014 21:41

Encore un auteur que je dois découvrir! Rhôôô! Il y en a trop !
Bonne soirée.

Martine 12/11/2014 08:00

Je te la recommande! Andrea H. Japp possède l'art et la manière de nous captiver! Bonne journée!