Les enfants de la dernière pluie

Publié le par Martine

Les enfants de la dernière pluie

Quel plaisir de retrouver la plume alerte de Françoise Guérin et son sympathique commandant Eric Lanester, que je ne peux plus imaginer autrement que sous les traits de Richard Berry, dans cette nouvelle enquête "Les enfants de la dernière pluie" parue aux éditions du Masque.

Eric Lanester, je l'ai d'abord connu dans "Cherche jeunes filles à croquer", sa deuxième enquête dans laquelle l'auteur abordait le difficile sujet de l'anorexie. Le thème, le style, le personnage récurrent m'ont donné envie de lire la première histoire "A la vue, à la mort" parue en 2007 et rééditée en poche en début de cette année lors de la diffusion télévisée de cette enquête sur France 2. Les éditions du Masque ont également publié ces deux premières enquêtes.

Dans ces "Enfants de la dernière pluie", on retrouve donc avec grand plaisir le commandant Lanester en visite à l'hôpital psychiatrique où est soigné son frère Xavier. Mal lui en a pris car, alors qu'il se promène dans le parc avec Xavier, il assiste, impuissant, à la défenestration d'un des patients suivi immédiatement du suicide de son médecin traitant! Il n'en faut pas plus pour qu'Eric Lanester souhaite résoudre ce qui est à la base un meurtre, surtout que son frère en est durement éprouvé et qu'il semble lui en vouloir pour quelque obscure raison...

Commence alors une enquête officieuse mais non moins réelle et dangereuse dans laquelle notre commandant et son équipe vont se trouver confrontés à un mystérieux trafic de psychotropes, au lobby puissant de la recherche médicale psychiatrique et à des secrets d'archives tenus résolument cachés par Elisabeth Bassomville, archiviste modèle de l'hôpital qui vénère la mémoire de Théophile Le Diaoul, poète de l'aliénation, dont les vers d'une de ses oeuvres "Les enfants de la dernière pluie" reviennent constamment à l'esprit de notre commandant.

J'ai acheté ce roman de Françoise Guérin dès sa parution en avril dernier. Puis le temps, le travail, d'autres lectures ont pris le dessus malgré le fait que j'apprécie beaucoup l'écriture de l'auteur tant dans ses romans que dans ses nouvelles. Il a fallu un petit échange de mails pour que j'ouvre enfin ce roman pour ne pas le refermer avant la dernière page. Et cela, avec un sincère regret!

Dès le premier chapitre, Françoise Guérin retient notre attention. Ce qui n'est de prime abord qu'une simple visite d'un aîné à son jeune frère prend de suite, sous la plume de l'auteur, des proportions inattendues. Présent sur le double drame (meurtre et suicide) qui vient de se jouer sous ses yeux, le commandant Lanester veut comprendre, et nous avec, pour son frère d'abord, pour les malades soignés dans cet hôpital, pour le personnel médical, pour ses collègues qui se retrouvent face à leur inconscient également et puis pour lui. Pour essayer d'en finir avec cette culpabilité qui le ronge depuis son adolescence, culpabilité et autres démons intérieurs qui le poussent à suivre une psychothérapie qui le rassérène. Et pour analyser ce trouble équivoque ressenti à l'égard de l'archiviste Elisabeth Bassomville alors qu'il aime une autre femme et que cette idylle le comble.

Pour toutes ces raisons, je me suis laissée emporter par cette histoire menée tambour battant par Lanester sous le rythme plein de rebondissements, des plus anodins aux plus alarmants, insufflé par Françoise Guérin à cette enquête. J'ai aimé son sujet, l'analyse psychologique des caractères et comportements des différents protagonistes, vouloir comprendre le pourquoi du comment de cette situation de base et ses pistes entrevues, suivies, abouties, ou pas... Bref, tout ce qui fait le quotidien d'une enquête policière, vécue de l'intérieur et finement construite et déroulée par Françoise Guérin.

Commenter cet article

Ma plume 08/09/2014 19:00

G^race à vous, je découvre Françoise Guérin!

Martine 09/09/2014 07:56

Merci! Je vous invite à apprécier ses romans et nouvelles! Bonne journée!