Là où coule une rivière

Publié le par Martine

Là où coule une rivière

Parmi les romans qui attendent tranquillement que je les lise se trouvait celui de Louis-Olivier Vitté « Là où coule une rivière » paru dans la belle collection France de toujours et d’aujourd’hui des éditions Calmann-Lévy.

Au début du siècle dernier à Saint Chamant en Corrèze, Jean qui exploite une petite mine de charbon aidé de son fils Antoine a bien du mal à joindre les deux bouts. Même en travaillant comme gabarier à la mauvaise saison pour M. Lamirande, un riche propriétaire qui lui confie ses livraisons de bois et charbons à transporter sur la Dordogne. Même et surtout lorsque son épouse, Jeanne, tombe gravement malade et qu’il n’a pas le moindre argent devant lui pour la faire soigner. Alors, dans un dernier élan de survie, Jean décide de jouer le tout pour le tout et de faire construire son propre bateau pour livrer lui-même sa cargaison et en retirer tout le bénéfice de la vente. Malgré son bien-fondé, cette décision déchaine la fureur de Lamirande qui met tout en œuvre pour empêcher Jean de réaliser son projet. Cependant son bateau étant tout juste prêt et ayant confié Jeanne aux bons soins des sœurs du couvent voisin, ce dernier embarque avec Antoine son fils et Karol un polonais, seul membre d’équipage qu’il a pu recruter. Mais la rivière Dordogne a aussi son rôle à jouer dans cette histoire et ses colères peuvent s’avérer aussi, voire plus cruelles que celles des hommes… sauf peut-être lorsqu’il s’agit de l’ire sans limites de M. Lamirande quand il ne sait pas que sa fille Suzanne et Antoine filent en cachette le parfait amour.

Comme avec tous les romans de cette collection, j’ai aimé avant tout découvrir cette région du centre de la France, ce département de Corrèze que je n’ai pas encore eu l’occasion de visiter et les conditions de vie de ses habitants il y a un peu plus de cent ans. Bien que se déroulant au début du 20e siècle, ce roman ne nous parle pas d’Histoire mais nous conte trois belles histoires. Celle d’un homme prêt à tout pour l’amour et la santé de sa femme, n’hésitant pas à provoquer la colère de son employeur, à risquer sa vie pour mener à bien son projet et à se faire emprisonner lorsque malheureusement il échoue. C’est aussi l’histoire d’une amitié improbable entre cet homme, Jean, et Karol, le polonais à la force herculéenne dont tout le monde se méfie, qui cache aussi une douloureuse histoire, et à qui Jean va accorder toute sa confiance sans hésitation. Et enfin ce roman nous offre, en prime, une belle histoire d’amour entre ces deux jeunes gens que tout devrait séparer, à commencer par leur situation sociale à l’opposé l’une de l’autre, la fortunée Suzanne et le misérable Antoine, mais dont les cœurs ont décidé de battre à l’unisson pour le pire et surtout le meilleur.

« La où coule une rivière », outre le fait d’être un très beau roman servi par l’écriture agréable et sensible de Louis-Olivier Vitté, est aussi un véritable hymne à la vie et à l’espoir qu’il faut toujours garder par devers soi. Une lecture emplie d’émotions fortes à partager sans modération.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 09/08/2014 21:32

Je ne connais pas cet auteur mais je suis sûr que ce livre pourrait me plaire. J'aime découvrir les régions de France par les romans.
Je viens de commencer un roman de Laurent Cabrol. Ça se passe près d'Albi après guerre.
Je pars lundi. Alors, je te dis "à bientôt".

Martine 11/08/2014 17:21

J'en suis sûre aussi! Bonne lecture et bonnes vacances, Philippe!

Binchy 08/08/2014 18:10

Merci Martine pour ce partage ! Ta chronique est vraiment très bien et tu me donnes envie de lire ce roman. Comme il doit être bien en effet. On le ressent au travers de tes écris. Toutes mes félicitations et très bonne continuation.
Je t'embrasse encore très fort.
Bernadette.

Martine 09/08/2014 17:50

Merci pour tes encouragements et ton enthousiasme, Bernadette! Gros bisous et bon dimanche!

Alex-Mot-à-Mots 08/08/2014 17:27

Un beau message de la part de l'auteur.

Martine 09/08/2014 17:49

Je trouve aussi. Merci Alex! Bises