Je suis très sensible

Publié le par Martine

Je suis très sensible

Certes je suis, je pense, une personne assez sensible,. Mais ce titre aujourd'hui est celui du dernier roman d'Isabelle Minière "Je suis très sensible" paru aux éditions Serge Safran.

Grégoire, employé de bureau, vit depuis quelques mois avec Agathe, jeune professeur de philosophie. Doué pour la pratique de l'allemand, Grégoire a accepté cet emploi "en attendant" qu'Agathe puisse exercer et de pouvoir reprendre ses études. Mais ce jeune homme est un doux rêveur "très sensible". Né d'un père "inconnu au bataillon", il a été élevé par sa mère avec le renfort d'une voisine, celle-là même qui lui a enseigné l'allemand.

Tout commence le soir où Grégoire apprend la mort du Président. Nullement ému alors que l'évènement bouleverse la France entière, Grégoire regrette seulement que tous les programmes TV ne parlent que de ça. Mais qu'importe, lui, ce qu'il aime c'est cuisiner, s'occuper de son petit intérieur, aller au cinéma pour admirer les décors et les couleurs des films, son travail avec ses responsabilités, se lever et se coucher tôt. Et justement il y a un film qu'il voudrait voir : "Les bêtes sauvages" qui va être retiré des salles pour cause de trop grande violence. Alors profitant de la présence de Vivien, collègue d'Agathe, auprès d'elle pour rédiger un article de philosophie, Grégoire va au cinéma. Et y retourne encore le lendemain. Lui qui est très sensible ne semble pas être impressionné par la violence du film. Bien au contraire...

D'Isabelle Minière, j'ai lu tous les écrits, romans ou nouvelles, en adultes et en jeunesse. Et, à chaque fois, le miracle a eu lieu. J'aime. C'est tout. Et cette fois encore! Et cette fois aussi! J'ai apprécié l'humour discret mais bien présent et indispensable avec lequel Isabelle Minière a saupoudré son récit à la première personne du singulier. La sensibilité annoncée en titre évoluant petit à petit, glissant sans en avoir l'air vers un esprit un peu plus euphorique, une folie douce. Les ravages causés par une enfance pas vraiment malheureuse, mais quand même manquée, chez Grégoire. Son incapacité à affronter la réalité des évènements qui l'atteignent. Son refus catégorique de les voir. Sa façon de se défiler. La complaisance qu'il accorde à sa sensibilité. Avec talent, douceur et simplicité, Isabelle Minière nous fait partager tout cet univers unique et particulier. Elle nous ouvre les portes d'un monde à part, d'un imaginaire merveilleux où tout ne peut, ne doit qu'aller bien. Un monde de rêve, tout simplement rêvé. Mais jusqu'à quel point? Cette question, non posée, restant cependant sous-jacente à ce très beau roman.

Et alors, c'est avec le sourire aux lèvres, malgré tout, qu'on referme ce court roman en n'ayant qu'un mot en tête: "Merci"! Pour cette parenthèse un peu mystérieuse et pourtant si ... sensible!

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 05/09/2014 20:55

Tu te dévoiles donc un peu à travers les titres des livres....

Martine 06/09/2014 10:33

Effectivement! :)

Binchy 29/08/2014 18:05

Je ne connais pas, merci pour l'info Martine et je te souhaite un agréable week-end.
Je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Martine 29/08/2014 19:24

Je te la recommande sincèrement. Je suis sûre que tu l'aimeras autant que moi! Gros bisous, Bernadette!!

cathulu 29/08/2014 15:56

Beaucoup aimé aussi ! isabelle Minière est effectivement une auteure à suivre ! :)

Martine 29/08/2014 19:24

Entre Isabelle Minière et moi, c'est une histoire d'amour qui dure... :)