Mon Vercors en feu

Publié le par Martine

Mon Vercors en feu

Aujourd'hui, il ne vous aura pas échappé que c'est le D-Day! Le 70e anniversaire du Débarquement des Alliés en Normandie, le 6 juin 1944.

Pour célébrer à notre façon cet anniversaire, Sophie, qui ne manque pas de très bonnes idées, a invité les blogueuses littéraires à présenter une lecture traitant du Deuxième conflit mondial.

Il ne vous a pas échappé aussi que je suis une lectrice passionnée par cette période trouble et tourmentée de notre Histoire et que j'ai lu et lit encore avec toujours autant d'attention tout ce qui s'y rapporte.

Aussi je n'avais nulle peine à honorer ce rendez-vous ponctuel. D'autant plus que, pour y participer, un roman s'est de suite imposé. "Mon Vercors en feu", le roman qui m'a fait entrer de plain-pied dans cette période de deuxième guerre mondiale et ne plus jamais sortir de ces lectures.

"Mon Vercors en feu", je l'ai lu quand j'étais au CM2. C'est dire si cela date! Je l'ai lu en classe avec mon instituteur de l'époque, M. François, qui nous a fait faire tout un travail de découverte et de recherches avec présentation d'un exposé en présence de nos parents et familles. Je peux vous dire que, pour la grande timide que j'étais alors (et que je suis toujours un peu), ce fut un grand moment d'émotions et de fierté. Un de ces moments qui demeurent inoubliables.

Dans ce roman, l'écrivain Paul-Jacques Bonzon (celui qui a nourri mes lectures de jeunesse avec ses Six compagnons) nous met en présence de Luc, jeune garçon d'une quinzaine d'années qui vit dans un petit village du Vercors où son père est boulanger. Pour son malheur, Luc souffre d'un léger handicap qui le fait boiter. En plein coeur des années de guerre, en 1943, arrivent dans son village Violette, un peu plus jeune que lui, et son père qui fuient l'Occupant allemand. Violette étant recueillie par les parents de Luc qui pensent ainsi la protéger au mieux, une belle amitié s'installe peu à peu entre les deux jeunes gens. Mais c'est la guerre. Et quand le père de Luc se fait prendre et exécuter par les Allemands, Luc n'écoute plus que son coeur et la force de son patriotisme et, à son tour, entre en Résistance. Avec tous les dangers que cet engagement implique, notamment dans ce Vercors qui a subi de terribles exactions.

A la lecture de ce résumé, vous aurez compris sans peine mon attachement à cette période particulière de notre Histoire, ma volonté de comprendre et surtout d'essayer de répondre à cette question "Qu'aurais-je fait en pareille situation?"

Je n'ai toujours pas la réponse...

Petit complément de 11h35!

Ce billet me donne aussi l'occasion de participer à nouveau au challenge Deuxième guerre mondiale chez Ostinato.

Et j'ai oublié d'ajouter le logo que Sophie a créé spécialement pour ce D-Day! Le voici:

Mon Vercors en feu
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques 06/03/2016 13:46

J adore ce livre; je le lis chaque année à mes CM2 depuis longtemps. Les élèves sont toujours captivés !

Martine 08/03/2016 18:17

J'en suis persuadée. Merci Jacques

Desse 07/06/2014 11:38

Un livre que je ne connais pas et que je regrette de n'avoir pas lu alors que j'étais à l'école même s'il n'est jamais trop tard pour bien faire!

Binchy 07/06/2014 09:06

C'est toujours avec beaucoup d'émotions que je pense à cette sombre période de notre Histoire. Il ne faut pas oublier. Je pense à mes parents et mes beaux parents qui ne sont plus là aujourd'hui... Ce qu'ils ont vécu... Incroyable toutes ces familles détruites... Il ne faut pas oublier aussi que du côté Allemand, il y a eu aussi beaucoup, beaucoup de victimes... Les Allemands qui ne voulaient pas se soumettre au régime hitlérien ont payé de leur vie les premiers. Quelle méchanceté ! Je pense également à la collaboration française car malheureusement nous ne pouvons pas la nier... L'être humain, quelque soit sa nationalité, peut-être adorable comme se révéler de parfait monstre ! Il faut veiller à ce qu'aujourd'hui, cela ne se reproduise pas.
Par contre, je ne peux m'empêcher de repenser à un petit camarade d'école, né (tout comme moi) dix ans après la guerre, se faire traiter de "boche" dans la cour de l'école. Ce qui m'a toujours choquée et je ne peut l'effacer de ma mémoire, est que le maître n'intervenait pas ?! Ca, je ne peux l'admettre. Tout comme ceux qui se permettent de traiter les Allemands de "boches" aujourd'hui ! Et il y en a encore malheureusement beaucoup. Cela devrait être sévèrement puni de racisme.
Les Allemands sont comme nous, la plupart (la majorité) ne voulait pas de cette guerre, d'ailleurs beaucoup se sont engagés dans la résistance française. Je pense que l'on en parlera de plus en plus au fil des années car on ne sait encore pas tout...
Tout comme toi, j'ai beaucoup lu sur cette période mais j'ai encore beaucoup à lire, à apprendre... Comme nous tous ! J'aime également, dès que je le peux, écouter les historiens dans les émissions, souvent assez tard, ce qui est bien regrettable. Des émissions très pertinentes.
Je te souhaite un agréable week-end de Pentecôte Martine et je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Pahi 06/06/2014 21:12

Coucou Martine,
Même si ce jour historique était porteur de beaucoup d'espoir, mais aussi de tristesse, la commémoration s'est passée sous un ciel splendide, une sorte de "merci" à ceux qui ont combattu.
Merci à toi pour ce titre de livre : comme d'habitude j'ai une idée derrière la tête :)
Je te fais de gros bisous et te souhaite un très beau week-end de Pentecôte.