La cérémonie du café

Publié le par Martine

La cérémonie du café

Deuxième lecture pour ma Coupe du Monde des Livres : La Cérémonie du café de Franck Krebs, paru aux éditions Thierry Magnier. Un roman jeunesse en milieu de terrain, ça le fait, non?!!

Sabbah vit dans une cité HLM avec sa grande soeur Leïla depuis que celle-ci en a obtenu la garde enlevée à leur père. Toutes les deux sont sans nouvelles de leur mère, partie quand Sabbah n'était encore qu'un bébé. Mais si Leïla espère toujours un retour possible, Sabbah, elle, s'est fait une raison et vit très bien sans penser à sa mère.

Les temps sont durs pour les deux jeunes filles. Leïla doit travailler coûte que coûte pour conserver la garde de sa soeur et la pression qu'ajoute l'assistante sociale qui suit leur dossier n'allège en rien la situation. Aussi, pour montrer qu'elle est capable de tout assumer et d'organiser au mieux la vie de sa petite soeur, Leïla oblige cette dernière à s'arrêter tous les jours après la classe chez leurs voisines du dessous, la très vieille Madame Mavre (aux yeux de Sabbah) et sa fille Brigitte, un peu moins mais vieille aussi et à l'esprit un peu "dérangé (toujours aux yeux de Sabbah). Et ceci afin d'y faire ses devoirs scolaires et d'y attendre que Leïla rentre de sa journée de travail.

Bien sûr tout ceci est loin de convenir à Sabbah mais elle accepte cet arrangement pour sa soeur. Si, au début, elle se rend chez ses voisines à contre-coeur, peu à peu, de petites habitudes s'installent dont la fameuse "Cérémonie du café", tout un art, tout un cérémonial auquel Sabbah assiste d'abord avec désintérêt, puis avec curiosité et même plaisir et envie quand elle aussi est invitée à y participer. Mais beaucoup de non-dits, beaucoup de rancoeurs semblent séparer Madame Mavre et Brigitte. Des mots qui ont besoin de sortir pour ne plus empoisonner leur existence. Et quand cela va enfin arriver, Sabbah va se trouver au milieu du drame, le vivre de plein fouet, comprendre bien des choses sur les relations adultes et grandir!

Cette lecture est émouvante par la situation qu'elle évoque, une situation comme on en devine bien la misère, et par la fraîcheur de ton que l’auteur emploie. Sans jamais tomber dans une quelconque vulgarité, Franck Krebs nous parle par la voix de Sabbah. Ses questions, ses refus, ses doutes, ses incompréhensions, son fatalisme, ses réticences, ses impatiences, tout est exprimé dans un langage clair et percutant, avec une vivacité de ton jeune, drôle parfois et frappée d'évidence. Le rythme est alerte. On ne sombre jamais dans un quelconque mélo même si la situation s'y prête. Et c'est ce qui fait vraiment, à mes yeux, la qualité de ce roman. Une petite perle de lecture à savourer avec ... un bon café!

Publié dans lectures jeunesse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article