Plus près des anges

Publié le par Martine

Plus près des anges

Chronique publiée dimanche dans ma rubrique Lu pour vous du Dauphiné Libéré : "Plus près des anges" de Jean-Baptiste Bester paru dans la collection France de toujours et d'aujourd'hui chez Calmann-Lévy.

Quelle surprise de découvrir au gré d’une lecture qu’il y est question de notre quotidien régional ! C’est l’effet que nous offre à plusieurs reprises Jean-Baptiste Bester dans ce « Plus près des anges » paru chez Calmann-Lévy dans la collection France de toujours et d’aujourd’hui.

Plus près des anges, c’est là où se trouve Vanessa, épouse tendrement chérie par Stéphane Angevin, guide de haute montagne, depuis qu’elle a disparu au cours d’une ascension de la Meije, un des sommets les plus ardus des Alpes. Plus près des anges, c’est là aussi où finiront quelques-uns des principaux protagonistes de ce roman éblouissant et ô combien bouleversant. C’est au creux d’un précipice de la Meije que Stéphane espère toujours retrouver le corps de Vanessa. Et c’est au sommet de la Meije aussi que souhaitent grimper Alain Fabre, un riche industriel parisien, son fils Adrien et son garde du corps, guidés pour cela par Stéphane et sa fille, Agathe. Mais ils ne sont pas seuls à vouloir atteindre ce sommet et réaliser ainsi un nouvel exploit. Sur la ligne de départ, si l’on peut dire, se trouvent encore trois jeunes gens, les frères Antoine et Christophe Belledonne et leur ami Jérémy Challe, qui, eux, souhaitent conquérir ce sommet à la manière et dans les mêmes conditions d’équipements que les premiers alpinistes. Et puis, furtive, passant quasiment inaperçue, il y a également cette jeune femme, ancienne alpiniste renommée qui a un gros compte à régler avec Antoine Belledonne justement. Malgré des conditions météo désastreuses, malgré la promiscuité et les relations plus ou moins tendues qui ne manquent pas de s’installer au sein de ces cordées, tout ce petit monde se retrouve à Briançon dans nos Hautes-Alpes et commence cette ascension… à ses risques et périls.

Outre le fait de citer plusieurs fois notre quotidien régional, dont un des journalistes doit relater l’exploit que ne manquera sûrement pas de faire Antoine Belledonne flanqué de ses deux acolytes, ce roman nous ouvre les portes d’un univers particulier, assez fermé et très périlleux : celui de l’alpinisme. Certes ce sport exige une énorme préparation, une concentration extrême et une parfaite connaissance de la montagne et de son environnement. Mais ce dont on ne se doute pas, et c’est là que Jean-Baptiste Bester nous surprend inévitablement, ce sont les enjeux que peut provoquer ce sport, ce besoin d’atteindre les sommets, par goût du risque, pour gagner une certaine reconnaissance, par appât du gain, par vengeance, ou simplement en recherche d’une certaine sérénité. La montagne, et en l’occurrence ici la Meije, provoque tous ces états d’esprit que Jean-Baptiste Bester s’amuse à détailler, associer, mélanger, croiser, affronter pour mieux aiguiser notre appétit de lecture jusqu’à un final absolument bouleversant. Plus près des anges, un roman à lire comme on se lance un défi, juste pour le plaisir des mots, des images, des sensations et des émotions fortes.

Plus près des anges
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Binchy 27/05/2014 22:44

MERCI pour ce partage Martine ! Tu me donnes envie de lire ce roman.
Je te souhaite un excellent mercredi.
GROS BISOUS.
Bernadette.

Martine 28/05/2014 18:28

Ah la la Bernadette!!! Que de livres à lire!!! Gros bisous